France-Israël-Alliance Général Kœnig est une organisation indépendante d’hommes et de femmes persuadés que l’amitié entre la France et Israël est un impératif d’ordre moral fondé sur des valeurs communes.

 

 

 

  • icon_zoom.png
    Prime Minister Benjamin Netanyahu Prime Minister Benjamin Netanyahu copyright: GPO/Amos Ben Gershom
     
     
     
    « Si l’antisémitisme était auparavant discriminatoire et diffamait le peuple juif ; aujourd'hui, il stigmatise, diffame et condamne l'État juif »
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a décliné l’invitation de l’UNESCO à participer à la conférence sur l’antisémitisme prévue le 26 septembre 2018 aux Nations-Unies.
     
    Le Premier ministre Netanyahu a publié la déclaration suivante:
     
    "Tout en saluant tous les efforts de lutte contre l’antisémitisme, j’ai décidé de ne pas participer à la conférence de l’UNESCO sur l’antisémitisme qui a eu lieu cette semaine en raison décisions partisanes /du parti pris persistants et avérés de l’organisation contre Israël.
     
    Depuis 2009, l'UNESCO a adopté 71 résolutions condamnant Israël et seulement deux résolutions condamnant tous les autres pays membres.
     
    C'est tout simplement scandaleux.
    Si l’antisémitisme était auparavant discriminatoire et diffamait le peuple juif ; aujourd'hui, il stigmatise, diffame et condamne l'État juif.
     
    Si l’UNESCO veut supprimer cette marque de honte, elle doit faire plus qu’accueillir une conférence sur l’antisémitisme. Elle doit cesser de faire preuve d'antisémitisme.
     
     Elle doit mettre un terme à l’absurdité des résolutions qui nient le lien entre le peuple juif et la terre d’Israël, entre le peuple juif et notre capitale éternelle, Jérusalem.
     
     Peu importe ce que l’UNESCO dit, le Mur occidental n’est pas un territoire palestinien occupé et la Grotte des Patriarches - lieu de sépulture d’Abraham et Sara, Isaac et Rebecca, Jacob et Leah - est tout sauf un site du patrimoine palestinien.
     En se retirant de l’UNESCO en 2017, Israël et les États-Unis ont lancé un avertissement moral statuant que l’antisémitisme de l’UNESCO ne serait plus toléré.
     
    A condition que l'UNESCO finisse par mettre fin à ses préjugés contre Israël, arrête de nier l'histoire et sous réserve de commence à s’ériger en faveur de la vérité, alors Israël sera honoré de rejoindre l’UNESCO à nouveau. En attendant, Israël continuera à lutter contre l’antisémitisme à l’UNESCO et partout ailleurs. "
     

     

     

     



Ajouté le 04/10/2018 par ambassade d'israel - 0 réaction - Actualités
  • Rencontre du Premier ministre Netanyahu avec le Président américain Donald Trump à New York
  • icon_zoom.png
    PM Netanyahu with US President Donald Trump in New York PM Netanyahu with US President Donald Trump in New York copyright: GPO/Avi Ohayon
     
     
     
    ​26 septembre 2018
     
    Je tiens à dire combien j'apprécie votre solide soutien au droit légitime d'Israël à se défendre. Je pense que tout le monde devrait comprendre qu'Israël continuera à faire le nécessaire et à se défendre contre l'agression iranienne.
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à New York (mercredi 26 septembre 2018), a rencontré le Président américain Donald Trump et a formulé les remarques suivantes lors des déclarations conjointes:
     
    "Monsieur le Président, Donald, merci, et merci beaucoup.
     
    Tout d’abord, merci pour vos propos forts hier à l’Assemblée générale contre le régime terroriste corrompu en Iran. Vous associez vos mots forts avec des actions fortes. Et je pense que le fait que vous ayez applique des sanctions américaines a coupé la machine à sous de l'Iran et sa campagne de carnage et de conquête du Moyen-Orient. Et nous qui vivons au Moyen-Orient, Israéliens et Arabes, qui sont exposés à ce danger iranien, voulons vous remercier particulièrement.
    Deuxièmement, je tiens à vous remercier pour le soutien extraordinaire que vous avez manifesté à Israël ici même. Aux États-Unis, personne n’a soutenu Israël comme vous et nous l’apprécions.
    Troisièmement, c'est la première fois que nous nous rencontrons après le déménagement de l'ambassade américaine à Jérusalem. Vous avez changé l'histoire et vous avez touché nos cœurs.
    Quatrièmement, et enfin, je tiens à dire combien j'apprécie votre solide soutien au droit à la légitime défense d'Israël, que vous venez d'exprimer. Je pense que tout le monde devrait comprendre qu'Israël continuera à faire le nécessaire et à se défendre contre l'agression iranienne en Syrie, au Liban et ailleurs. Je tiens également à dire que nous n’avons aucun doute sur le fait que nous bénéficierons du soutien du Président Donald Trump et des États-Unis d’Amérique.
    Je pense, et je le dis objectivement, que l'alliance américano-israélienne n'a jamais été aussi forte. Elle est plus solide que jamais sous votre direction. Je suis impatient de travailler avec vous et votre équipe pour faire progresser nos intérêts communs - sécurité, prospérité et paix avec les voisins d’Israël et pour la région. Nous pouvons le faire avec vous. "
     


Ajouté le 04/10/2018 par ambassade d'israel - 0 réaction - Actualités
  • Allocution du Premier ministre Netanyahu à l'Assemblée générale des Nations-Unies
  • icon_zoom.png
    PM Netanyahu addressing the UN General Assembly PM Netanyahu addressing the UN General Assembly copyright: GPO/Avi Ohayon
     
     
     
    "Chers délégués, Mesdames et Messieurs,
    Lorsque j'ai pris la parole ici, il y a trois ans, Israël était le seul pays parmi les nations, sur les quelques 200 pays qui siègent dans cette salle, à s’être ouvertement opposé à l’accord nucléaire avec l’Iran. Nous nous y opposons car cela menace notre avenir, voire notre survie. Nous nous y opposons car l’accord a ouvert la voie à un véritable arsenal nucléaire pour l’Iran. En levant les sanctions, il a alimenté la campagne de carnage et de conquête menée par l’Iran à travers le Moyen-Orient.
    Nous nous y opposons, car l'accord reposait sur un mensonge fondamental que l'Iran ne cherche pas à développer des armes nucléaires.
    Israël a désormais exposé ce mensonge, plus tôt dans l’année. En février dernier, les Israéliens ont mené un raid audacieux sur les archives atomiques secrètes de l’Iran. Nous avons obtenu plus de 100 000 documents et vidéos qui avaient été entreposés dans les coffres forts d’un bâtiment d'aspect anodin, au cœur de Téhéran.
    En mai, j’ai présenté aux médias internationaux un bref résumé de ce que nous avions obtenu. J’ai fourni des preuves tangibles des projets de l’Iran de vouloir construire des armes nucléaires et de tromper la communauté internationale. Israël a partagé cette information et des preuves encore plus accablantes que nous avons découvertes avec des membres du P5 + 1 et avec l'Agence Internationale de l'Energie Atomique.
    Les mois ont passé. L’AIEA n’a toujours pris aucune mesure. Elle n'a posé aucune question à l'Iran. Elle n'a pas demandé à inspecter un seul nouveau site découvert dans ces archives secrètes.
    Donc, compte tenu de cette inaction, j'ai décidé de révéler aujourd’hui un autre élément que nous avons partagé avec l'AIEA et avec quelques agences de renseignement.
    Ce que je suis sur le point de dire n’a pas été partagé publiquement auparavant.
     
    Aujourd’hui, je dévoile pour la première fois que l’Iran possède une autre installation secrète à Téhéran - un entrepôt atomique secret - où sont stockées de grandes quantités d’équipement et de matériel provenant de son programme d’armement nucléaire secret.
    En mai, nous avons exposé le site des archives atomiques secrètes iraniennes, ici même, dans le district de Shor-abad, à Téhéran. Aujourd’hui, je révèle le site d’une deuxième installation – un entrepôt atomique secret iranien. C’est ici, dans le district de Turquz-Abad de Téhéran, juste à quelques kilomètres de là.
    Laissez-moi vous montrer exactement à quoi ressemble cet entrepôt atomique secret.

    C'est ici. Vous voyez, comme les archives atomiques, c’est un autre bâtiment d'aspect tout à fait innocent. Pour ceux d'entre vous qui utilisent Google Earth à la maison, cet entrepôt atomique, qui n’est plus un secret, se trouve sur Maher Alley, Maher Street. Vous avez les coordonnées, vous pouvez essayer d'y accéder en ligne. Et pour ceux qui essaient d’y parvenir, c’est à 100 mètres du Kalishoi, une usine de nettoyage de tapis. A propos, j’entends dire qu’ils font un travail fantastique en matière de nettoyage de tapis. Ces tapis sont sans doute aujourd'hui radioactifs.
     
    Ceci est le deuxième site secret.
     
    À présent, les pays dotés de capacités satellitaires risquent de constater une activité accrue sur Maher Alley dans les jours et les semaines à venir. Les personnes qu’ils verront se précipiter sont des responsables iraniens qui essaient désespérément de terminer le travail de nettoyage de ce site. Parce que, voyez-vous, depuis que nous avons pillé les archives atomiques, elles sont en train de nettoyer l’entrepôt.
    Le mois dernier, ils ont retiré 15 kilogrammes de matières radioactives. Savez-vous ce qu’ils en ont fait ? Ils avaient 15 kilogrammes de matières radioactives, ils devaient les sortir du site, ils les ont donc retirés et les ont répandus autour de Téhéran afin de dissimuler les preuves. Les habitants de Téhéran seront intéressés de savoir qu’ils peuvent obtenir un compteur Geiger sur Amazon pour seulement 29,99 $. À ce jour, il ne reste que 4 millions de rials iraniens, mais nous y reviendrons plus tard. Je parlerai de l’économie iranienne dans une minute. Ils ont pris cette matière radioactive et l'ont répandue autour de Téhéran.
     
    Maintenant, les responsables iraniens qui nettoient ce site ont encore beaucoup à faire car ils ont au moins 15 conteneurs d’expédition remplis d’équipements et de matériaux nucléaires. Maintenant, chacun de ces conteneurs peut contenir 20 tonnes de matières, cela signifie que ce site contient jusqu'à 300 tonnes, 300 tonnes d'équipements et de matières nucléaires.
    Juste ici.
    Donc, chers Délégués,
    Vous devez vous poser une question. Pourquoi l’Iran a t-il conservé des archives atomiques secrètes et un entrepôt atomique secret ? Car après tout, lorsque l’Afrique du Sud et la Libye ont renoncé à leurs programmes nucléaires, leur première action a été de détruire à la fois les archives, le matériel et les équipements.
    Et la réponse à la question est simple. La raison pour laquelle l’Iran n’a pas détruit ses archives et son entrepôt atomiques, c’est parce qu’il n’a pas abandonné son objectif de développer des armes nucléaires. En fait, il était prévu d’utiliser ces deux sites d’ici quelques années lorsque le moment serait venu de faire exploser une bombe atomique.
    Mesdames et messieurs, soyez assurés que cela ne se produira pas. Cela ne se produira pas, car ce que l’Iran cache, Israël le trouvera.
     
    Mesdames et Messieurs,
    J'ai un message à adresser au chef de l'AIEA, M. Yukiya Amano.
    Je crois que c’est un homme bon. Je crois qu'il veut bien faire les choses.
    Bien, M. Amano, faites ce qu'il faut. Allez inspecter cet entrepôt nucléaire immédiatement avant que les Iraniens ne finissent de le vider.
     
    Chers Délégués,
     
    Vous rappelez-vous quand on nous avait promis que des inspections pourraient avoir lieu n'importe quand, n'importe où ? Vous souvenez vous de ça ? N'importe quand n'importe où?
     
    Qu'en est-il des inspections, ici, maintenant ?
     
    M. Amano, pendant que vous y êtes, inspectez les autres sites secrets dont nous vous avons parlé. Une fois pour toutes, dites au monde la vérité sur l’Iran.
     
    Aujourd’hui, j’adresse aussi un message aux tyrans de Téhéran :
     
    Israël sait ce que vous faites et Israël sait où vous le faites. Israël ne laissera jamais un régime qui appelle à notre destruction, développer des armes nucléaires. Pas maintenant, pas dans dix ans, jamais.
     
    Et Israël fera tout ce qui est en son pouvoir pour se défendre contre l’agression iranienne. Nous continuerons à agir contre vous en Syrie. Nous allons agir contre vous au Liban. Nous allons agir contre vous en Irak. Nous agirons contre vous chaque fois que nous devons agir pour défendre notre État et notre peuple.
     
    Mes chers et distingués délégués,
     
    Il y a trois ans, quelques semaines après la conclusion de l’accord nucléaire, j’avais posé cette question : « Quelqu'un croit-il sérieusement qu’inonder la théocratie radicale de l’Iran d’armes et d’argent réduira son appétit d’agression ? ». Mais beaucoup de partisans de cet accord l’ont cru. Ils pensaient que le régime iranien deviendrait plus modéré, plus pacifique. Ils pensaient que l'Iran utiliserait les milliards de dollars reçus en allégement de sanctions pour améliorer la vie de son peuple - pour résoudre le problème de l'eau, du transport routier, de l'électricité, des hôpitaux, des écoles… C'est ce qu'ils ont cru, et beaucoup d'entre vous y ont probablement cru aussi.
    Et bien, cela ne s’est pas produit.
    Au lieu de cela, l’Iran a utilisé l’argent pour alimenter sa vaste machine de guerre.
    L'année dernière, l'Iran a attaqué les Kurdes en Irak, massacré les sunnites en Syrie, armé le Hezbollah au Liban, financé le Hamas à Gaza, lancé des missiles en Arabie saoudite et menacé la liberté de navigation dans les détroits d'Hormouz et de Bab al Mandeb.
    Que de paix. Que de modération.
    Et si vous pensez que l’agression de l’Iran s’est limitée au Moyen-Orient, détrompez-vous. Le mois dernier, deux agents iraniens ont été arrêtés pour avoir planifié des attaques terroristes ici même aux États-Unis. Il y a plusieurs semaines, des agents iraniens ont été arrêtés pour avoir planifié des attaques terroristes au cœur de l'Europe.
    Pourtant, alors que les États-Unis confrontent l’Iran à de nouvelles sanctions, l’Europe et d’autres pays appuient l’Iran en essayant de l’aider à contourner ces sanctions.
    Maintenant puisque je viens d’utiliser ce terme si dur, ce mot très fort – l’apaisement, un terme que j’utilise à contrecœur, mais malheureusement, voilà exactement ce que nous constatons encore en Europe.
    Pensez-y : la même semaine, alors que l'Iran avait été pris en flagrant délit d'assassinat de citoyens européens, les dirigeants européens déroulaient le tapis rouge au président Rouhani, promettant de donner encore plus d'argent à l'Iran.
    Je suis fils d’historien, je dois questionner. Je ne questionne pas simplement en tant que fils d’historien, je le demande en tant que Juif, citoyen du monde, comme toute personne ayant vécu au XXe siècle : ces dirigeants européens n’ont-ils rien appris de l’Histoire? Ne vont-ils donc jamais se réveiller?
    Et bien nous, en Israël, nous n’avons pas besoin d’être réveillés, car l’Iran nous menace tous les jours. Car en dépit du meilleur espoir et il y a eu de nombreux espoirs entourant l’accord sur le nucléaire, cet accord n’a pas repoussé la guerre au loin. Cela a rapproché la guerre au plus près de nos frontières.
    En Syrie, l'Iran tente d'établir des bases militaires permanentes contre nous et a déjà lancé des missiles et des drones sur notre territoire.
    À Gaza, l’Iran arme des groupes terroristes pour lancer des attaques à la roquette dans nos villes et des attaques terroristes contre nos civils.

    Au Liban … au Liban, l’Iran demande au Hezbollah de construire des sites secrets pour transformer des projectiles imprécis en missiles à guidage de précision, des missiles pouvant cibler au plus profond d’Israël avec une précision à dix mètres.
    Quant au Hezbollah, écoutez bien ceci, le Hezbollah utilise délibérément la population innocente de Beyrouth en tant que bouclier humain. Ils y ont placé trois de ces sites de transformation de missiles tout le long de l’aéroport international de Beyrouth.
    Voici une image qui vaut mille missiles !


     

    IMAGE

     

    Voici l'aéroport international de Beyrouth.
     
    Voici le premier site de missile. Il est situé dans le quartier d’Ouzai, en bord de mer, à quelques rues de la piste.
    Voici le deuxième site. Il est placé sous un stade de football, il s’agit du stade de football qui se trouve à deux pâtés de maisons de là.
    Et voici le troisième site. Il est adjacent à l’aéroport lui-même, juste à côté.
    J’ai donc également un message pour le Hezbollah aujourd’hui: Israël sait. Israël sait aussi ce que vous faites. Israël sait où vous le faites. Et Israël ne vous laissera pas le faire.
     
    Mesdames et Messieurs,
    Tout comme les partisans de l’accord sur le nucléaire avaient tort quant à ce qui se passerait lorsque les sanctions seraient levées, ils se sont trompés, encore et encore, sur ce qui se passerait lorsque les sanctions seraient rétablies.
     Ils ont fait valoir que les sanctions américaines à elles seules auraient peu d'impact, peu d'impact économique sur l'Iran. C’est ce qu’ils ont dit. Vraiment ?
    Voyons ce qui est arrivé à l’économie iranienne maintenant que le président Trump a obligé les entreprises à choisir entre faire des affaires avec l’Iran ou avec les États-Unis, dont le PIB est 50 fois supérieur à celui de l’Iran.
    Il y a un an, l'économie iranienne était en plein essor. Maintenant, elle s’effondre. La devise iranienne est en chute libre. L'inflation et le chômage montent en flèche. Les compagnies aériennes britanniques, les banques allemandes, les compagnies pétrolières françaises, les importateurs de pétrole japonais et bien d'autres se démènent pour en sortir.
    Si c’est cela avoir peu d’impact économique, imaginez donc ce qui se passera avec la prochaine série de sanctions américaines imposées en novembre.
    Les partisans de l’accord ont également eu tort quand ils l’ont soutenu, car vous devez croire qu'ils plaidaient en sa faveur. Nous allons avoir beaucoup de discussions avec eux. Ils ont également affirmé que le rétablissement des sanctions rallierait le peuple iranien autour du régime.
    Et bien certes, ils sont en train de se rallier, mais pas autour du régime. Ils se mobilisent contre le régime.
    Ils ne scandent pas : « mort à l’Amérique ». Ils scandent : « mort au dictateur ».   
    Ils ne scandent pas : « Exporter la révolution islamique ». Ils scandent : « Quittez la Syrie! Quittez le Liban! Quittez Gaza! Prenez soin de nous en Iran! »
    J'écoute ces protestations. Je parle au peuple iranien. J'émets ces vidéos et j'obtiens en retour tellement de réponses d'Iraniens. Au début, je pensais qu’il s’agissait d’exilés iraniens bien en sécurité à Londres, à Paris ou à Los Angeles. Non, ce sont des Iraniens d'Iran, qui soutiennent Israël, critiquant leur propre régime. C'est un euphémisme. Avec leurs propres noms. Et je demande à mes agents du renseignement de m’expliquer ce qui se passe. Peu de temps après, les manifestations publiques ce sont multipliées, non pas à cause de ce que j'avais dit, mais c'était un indicateur que quelque chose d'extraordinaire se déroulait là-bas. Parce que lors de ces manifestations, le peuple iranien a fait preuve d'un courage incroyable.
    Des centres urbains aux villages périphériques - et cela englobe maintenant l’Iran tout entier - des marchands du bazar en grève aux jeunes femmes qui se découvrent les cheveux, le peuple iranien résiste courageusement à un régime qui l'a brutalement réprimé pendant quatre décennies ; qui a dilapidé son argent et le dilapide encore dans des guerres sanglantes au Moyen-Orient.
    Voici donc ce que je dis aux dirigeants européens et aux autres :
    Plutôt que de choyer les dictateurs iraniens, rejoignez les États-Unis, Israël et la plupart des pays arabes pour soutenir de nouvelles sanctions contre un régime qui nous met tous en danger à travers le monde.
    Israël est profondément reconnaissant au président Trump pour sa décision audacieuse de se retirer de l'accord nucléaire désastreux avec l'Iran. Beaucoup, beaucoup de nos voisins arabes sont également reconnaissants. Et tous ceux qui se soucient de la paix et de la sécurité du monde devraient également leur être reconnaissants.
     
    Mais, Mesdames et Messieurs, j'ai une importante confession à faire.
    Cela peut vous surprendre mais je dois admettre que l'accord avec l'Iran a eu une conséquence positive, une conséquence non intentionnelle, mais une conséquence positive. En donnant plus de pouvoir à l’Iran, il a rapproché plus que jamais Israël et de nombreux États arabes, dans une intimité et une amitié que je n’avais jamais vues de ma vie et qui auraient été inimaginables il y a quelques années.
    Et vous savez, lorsque vous vous liez d'amitié autour d'une menace, d'un défi, vous voyez rapidement des opportunités, non seulement pour la sécurité, mais également pour une vie meilleure pour nos peuples, ce en quoi Israël peut aider et veut aider.
    Israël attache une grande importance à ces nouvelles amitiés et j'espère que le jour viendra bientôt où Israël sera en mesure d'étendre la paix, une paix officielle, au-delà de l'Égypte et de la Jordanie à d'autres voisins arabes, y compris les Palestiniens.
    Je suis impatient de travailler avec le président Trump et son équipe pour la paix afin d'atteindre cet objectif.
    Je souhaite également utiliser cette opportunité. Nous sommes ici à l’ONU. C’est un endroit que je connais parce que j’y ai été Ambassadeur il y a de nombreuses années et pendant de nombreuses années. Je connais donc un peu l’ONU. Je tiens donc à saisir cette occasion pour exprimer la reconnaissance d’Israël au Président Trump et à l’Ambassadeur Haley pour le soutien indéfectible qu’ils ont fourni à Israël aux Nations Unies. Ils ont clairement soutenu le droit d’Israël à se défendre. Ils ont à juste titre retiré leur épingle du jeu de l'UNESCO et du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies moralement en faillite. Je pense qu'ils ont voté plus de résolutions sur Israël que pour tout le reste du monde. Et dix fois plus, je ne sais pas, l’Iran, la Syrie, etc. Pas même dix fois, parce que vous ne pouvez pas multiplier zéro par un nombre !
    Le président Trump et l'Ambassadeur Haley ont cessé de financer cela, ils ont également cessé de financer une UNRWA non réformée, une organisation qui, au lieu de résoudre le problème des réfugiés palestiniens, le perpétue.
    Jour après jour, l'administration Trump a résisté à ce qui a longtemps été une spécialité ici à l'ONU: calomnier Israël. Même si la résolution honteuse comparant le sionisme au racisme a été abrogée il y a 25 ans, je suis désolée de dire que sa puanteur persiste encore ici dans ces salles.
    Israël a transporté par avion les Juifs éthiopiens vers la liberté et une nouvelle vie en Israël, dans l'État juif. Pourtant, ici à l'ONU, ici à l'ONU, Israël est absurdement accusé de « racisme ».
    Les citoyens arabes d’Israël votent lors de nos élections, siègent à notre parlement, président nos tribunaux et ont exactement les mêmes droits individuels que tous les autres citoyens israéliens.
    Pourtant, ici à l'ONU, Israël est honteusement accusé d’«apartheid ».
    Aujourd’hui, il y a au moins cinq fois plus de Palestiniens qu’en 1948, année de la fondation d’Israël.
    Pourtant, ici à l'ONU, Israël est outrageusement accusé de « nettoyage ethnique ».
     
    Mesdames et Messieurs, vous savez ce que c'est ?
     
    C’est ce même vieil antisémitisme habituel, qui revêt un nouveau visage. C’est tout.
    Auparavant, c’est le peuple juif qui a été calomnié et obligé à se maintenir selon des normes différentes.
    Aujourd’hui, c’est l’État juif qui est calomnié et obligé à se maintenir selon des normes différentes.
    Voici un exemple: prenons les attaques étranges qui ont été perpétrées à l’encontre d’Israël après que la Knesset, notre parlement, ait récemment adopté une loi déclarant qu’Israël est l’État-nation du peuple juif.
    Notons qu'Israël est un pays libre. Vous pouvez vous opposer à une loi, et les gens l'ont fait. Vous pouvez demander une formulation différente dans telle ou telle clause, ou vous pouvez appeler pour ajouter ou soustraire une clause. Vous pouvez le faire.
    Mais quand Israël est appelé « Etat raciste », Israël est traité de raciste pour avoir fait de l'hébreu sa langue officielle et de l'étoile de David son drapeau national; quand Israël est qualifié d'« État d'apartheid » pour s'être déclaré État-nation du peuple juif, c’est une allégation carrément ridicule. Et vous savez pourquoi?
    Parce que dans cette salle aujourd’hui plus de 100 pays sont représentés et n’ont qu’une langue officielle, même si de nombreuses autres langues sont couramment parlées dans ces pays. Il y a plus de 50 pays ici qui ont des croix ou des croissants sur leurs drapeaux, même s'ils ont beaucoup de non-musulmans et de non-chrétiens, vivant parmi eux. Et il existe des dizaines de pays qui se définissent comme des États-nations d'un peuple donné, même s'il existe de nombreuses minorités ethniques et nationales à l'intérieur de leurs frontières.
    Aucun de ces pays n'est dénigré ou diffamé pour avoir célébré son identité nationale unique. Seul Israël est dénigré. Seul Israël est diffamé.
    Ce qui est unique chez le peuple juif, ce n’est pas que nous ayons un État-nation. Ce qui est unique, c'est que beaucoup s'opposent encore à ce que nous ayons un État-nation.
    Il y a quelques instants, le président Abbas a scandaleusement déclaré que la loi israélienne sur l'État-nation prouvait qu'Israël était un État raciste et pratiquant l'apartheid.
    Monsieur le Président Abbas, vous devriez être plus avisé. Vous avez écrit une thèse niant l'holocauste. Votre autorité palestinienne inflige des peines de mort aux Palestiniens pour avoir vendu des terres à des juifs. Si un Juif achète un appartement, un terrain dans les territoires palestiniens, le Palestinien qui lui a vendu cette terre est exécuté. C’est ce que dit la loi.
    Président Abbas, vous payez fièrement les terroristes palestiniens qui assassinent des Juifs. En fait, plus ils massacrent, plus vous payez. C’est aussi dans vos lois. Et vous condamnez la moralité d'Israël? Vous traitez Israël de « raciste »?
    Ce n'est pas le chemin de la paix. Ce n'est pas le moyen de parvenir à la paix que nous voulons et dont nous avons tous besoin et à laquelle Israël reste attaché. Cet organe ne devrait pas applaudir la tête d'un régime qui paie des terroristes. L'ONU devrait condamner une telle politique ignoble.
    Et l'ONU, l'ONU qui a négocié un cessez-le-feu en 2014, devrait exiger que le Hamas libère nos soldats tombés au combat, Oron Shaul et Hadar Goldin, qui ont été kidnappés lorsque le Hamas a violé ce même cessez-le-feu.
    Le Hamas devrait également libérer les deux citoyens israéliens qu’il détient en captivité, Abera Mengistu et Hisham al Sayed.
     
    Mesdames et Messieurs,
    Chaque fois que je me tiens ici, je ressens ce que je ressens aujourd'hui. J'ai le privilège d'être ici en tant que Premier ministre de l'État juif et démocratique d'Israël.
    Certains pensent qu'Israël ne peut être à la fois juif et démocratique. C'est faux. Israël est, et Israël restera toujours les deux à la fois.
    Depuis qu'Abraham et Sarah ont réalisé leur voyage vers la terre promise il y a près de 4 000 ans, la Terre d'Israël est notre patrie. C’est le lieu où Isaac et Rebecca, Jacob, Leah et Rachel ont perpétué leur alliance éternelle avec Dieu.
    C'est là que Josué a fait de nous une nation souveraine, où David a régné et où Isaïe a prêché, où les Maccabées se sont battus et où Massada est tombée. C’est le lieu depuis lequel nous avons été exilés et où nous sommes retournés, reconstruisant notre ancienne et éternelle capitale, Jérusalem.
    L'État-nation d'Israël est le seul endroit où le peuple juif exerce fièrement notre droit collectif à l'autodétermination. Ce droit a été reconnu il y a près d'un siècle par la Société des Nations, et par les Nations Unies il y a plus de 70 ans, lors du vote en faveur de la création d'un État juif. C’est ce que dit cette résolution d’ailleurs: un « État juif ».
    Dans le même temps, Israël est une démocratie dynamique, où tous ses citoyens, qu'ils soient juifs ou non, jouissent des mêmes droits individuels, des droits qui sont garantis par la loi.
    En Israël, que vous soyez juif ou arabe, chrétien ou musulman, druze ou bédouin, ou de toute autre religion ou origine, vos droits individuels sont exactement les mêmes et ils resteront toujours les mêmes.
    Au Moyen-Orient, cela n’est pas évident, c’est même un euphémisme. Au Moyen-Orient, où les femmes sont souvent traitées comme des biens, les minorités persécutées, et les homosexuels pendus, Israël est un brillant exemple de liberté et de progrès.
    Mesdames et Messieurs,
    Je ne pourrais pas être plus fier de représenter ce pays qu’est Israël.
    Je suis fier d’avoir fait d’Israël une puissance technologique mondiale d’une créativité à couper le souffle, dans les technologies de l’information, dans l’agriculture de précision, vous savez ce que ça signifie?
    Nous ciblons l'engrais et l'eau jusqu'à la plante dans son individualité, pas au champ, ni à une partie d'un champ, mais à la plante en elle-même. Je suis fier de ces cerveaux qui apportent ces développements incroyables dans la gestion de l'eau, la cybersécurité, les véhicules autonomes, la santé numérique, les dispositifs médicaux et dans de nombreux autres domaines qui améliorent la vie de milliards de personnes dans le monde.
     
    Je suis fier des brillants universitaires, des entrepreneurs innovants et des artistes talentueux que produit Israël. Je suis fier des enseignants dévoués, des médecins compatissants et de nos équipes de recherche et de sauvetage israéliennes qui sauvent des vies d’Haïti au Mexique, du Népal aux Philippines. Je suis fier, tellement fier des soldats israéliens courageux, des hommes et des femmes qui défendent courageusement notre pays tout en défendant les valeurs les plus élevées.
    Et surtout, Mesdames et Messieurs, Je suis fier du peuple d’Israël, qui tire une force extraordinaire des sources profondes de notre patrimoine, qui possède un esprit indestructible et qui est déterminé à construire comme toujours un avenir pour le seul et unique État juif.
    Je vous remercie".


Ajouté le 04/10/2018 par Premier Ministre Netanyahu - 0 réaction - Actualités

Comme la France, Israël dispose d’un important littoral à l’ouest et la mer joue un rôle important dans le quotidien des Israéliens.

Rudi Weissenstein, la mémoire d’Israël



L’œuvre photographique de Rudi Weissenstein constitue la principale mémoire photographique d’Israël. De son installation en Israël en 1936, à l’âge de 26 ans, jusqu’à son décès en 1992, Rudi Weissenstein a réalisé une œuvre monumentale en photographiant les israéliens dans leur diversité ainsi que des évènements historiques comme la signature de la déclaration d’indépendance en 1948, dont il était l’unique photographe habilité.
 
Une particularité de son œuvre est l’existence de la PhotoHouse (Pri-Or PhotoHouse) à Tel Aviv ; un lieu unique propriété de Rudi Weissenstein puis de ses descendants depuis 1936 qui abrite plus d’un million de ses négatifs et préserve l’héritage de son œuvre grâce à l’action de son petit-fils, Ben Peter.

 

Quand Netflix met à l’honneur un retraité israélien



« Amazing interiors » est un nouveau programme de Netflix, disponible en France, qui présente des maisons dont l’intérieur est particulièrement original, d’où le titre que l’on pourrait traduire en français par « Intérieurs stupéfiants ».
Parmi les 3 intérieurs présentés dans le 1er épisode, la maison Aquarium, d’Eli, un retraité de Haïfa qui a construit dans son salon l’un des 3 plus grands aquariums d’habitation au monde.
Elie est un personnage attachant dont la vie tourne autour de cet aquarium ; ce que confirment ses enfants quand ils donnent leur avis sur la passion débordante de leur père.
Avant que Netflix ne s’intéresse à sa maison, Elie avait créé une page Facebook.


https://www.youtube.com/watch?v=zPvveYRetNg&feature=youtu.be



Ajouté le 13/08/2018 par ambassade d'israel - 0 réaction - Actualités

Opération « Bon voisin » - l’aide humanitaire d’Israël à la Syrie


Dans la nuit de samedi à dimanche, Israël a évacué 800 Syriens – Casques blancs et leurs familles -" en raison d'une menace immédiate pour leur vie" depuis la province de Quneitra sur le plateau du Golan vers la Jordanie lors d'une opération humanitaire, a annoncé dimanche l'armée israélienne. Suite à une directive du gouvernement israélien et à la demande des États-Unis, du Canada, et d'autres pays européens dont la France, l'armée israélienne a récemment œuvré pour secourir les civils d'une organisation syrienne et leurs familles.



Déclaration du Premier ministre israélien au sujet de l'évacuation des "Casques blancs"

"J'ai approuvé l'évacuation de centaines de "Casques blancs" de Syrie par Israël. Ce sont des personnes qui ont sauvé des vies au péril de la leur, et j'ai autorisé leur passage par Israël comme un geste humanitaire significatif.
 
(Communiqué par le Conseiller Média du Premier ministre)
 
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié dimanche 22 juillet la déclaration suivante :
 
Il y a quelques jours, le Président Trump m'a contacté, tout comme le Premier ministre Trudeau et d'autres dirigeants, qui nous ont demandé d'aider à évacuer des centaines de "Casques blancs" de Syrie. Ce sont des personnes qui ont sauvé des vies au péril de la leur. Par conséquent,  j'ai autorisé leur passage en Israël vers d'autres pays, comme un geste humanitaire significatif.
 
Parallèlement, nous n'arrêterons pas d'agir en Syrie contre les tentatives de l'Iran d'y établir une présence militaire.
 
Dans le même temps, nous agissons également dans le sud. Nous avons frappé le Hamas très fort ce week-end et – si cela s'avère nécessaire – nous les frapperons sept fois plus fort."  


 

La guerre en Syrie a éclaté en mars 2011 et a rapidement basculé dans une crise humanitaire. En février 2013, un Syrien blessé est venu à la frontière israélienne pour la première fois afin de chercher de l'aide. Il a tout de suite été pris en charge et soigné par Tsahal. Depuis ce jour, de nombreux Syriens sont venus demander de l’aide à la frontière et ont été reçus en Israël pour recevoir des soins médicaux. Au vu de la situation, Tsahal a décidé de créer un hôpital de campagne à la frontière syrienne pour assurer une aide médicale efficace sur place. Ces évènements ont marqué le début de ce qui allait bientôt devenir l’Opération Bon Voisin, une mission humanitaire officielle.

Le début de l’Opération Bon Voisin

En juillet 2013, la 210ème Division de Tsahal a été créée pour sécuriser les frontières nord d'Israël et se préparer à toute escalade de violence dans la région. Etant donné l’ampleur de la crise en Syrie, l'armée israélienne a décidé d’agir. Ainsi, la 210ème Division de Tsahal a lancé l'Opération Bon Voisin en juin 2016.

L’Opération Bon Voisin est une mission humanitaire visant à aider les Syriens, voisins d'Israël, en aidant les civils sans aucune implication dans le conflit armé.

Israël et la Syrie n'entretiennent pas de relations diplomatiques. La seule obligation de Tsahal envers les Syriens est une obligation morale. "Nous ne devons pas oublier que cette opération est une position morale prise par l'Etat d'Israël vis à vis de la situation des Syriens de l'autre côté de la frontière" a déclaré le lieutenant-colonel A, commandant de l'Opération Bon Voisin. Les besoins les plus cruciaux des Syriens ont été identifiés dans le but de combler leur manque du mieux possible.

En 2017, l'Opération Bon Voisin a fait des progrès remarquables en fournissant aux Syriens les produits vitaux dont ils ont besoin dans le but d’apporter une aide physique et psychologique aux Syriens.

L’aide médicale

Durant l'Opération Bon Voisin, Tsahal a participé à la création de deux centres médicaux dans la région et de l'hôpital de campagne Mazor Ladach (offert par l'organisation américaine Frontier Alliance International) dans un poste de Tsahal au sud du Golan.

En 2017, Tsahal a fourni 2 637 paquets de fournitures médicales a ses voisins syriens. Plus de 685 enfants ont reçu des soins médicaux de Tsahal en 2017 dans le cadre de l’Opération Bon Voisin.


"Une mère syrienne qui vient avec ses enfants en Israël ressort de la clinique avec des enfants en meilleure santé et reçoit une trousse d'aide d'Israël qui comprend de la nourriture, des produits hygiéniques et des médicaments. Lors d’une journée à la clinique les enfants passent du temps dans la salle de jeu et reçoivent un repas chaud. Les Syriens comprennent bien que l'Etat d'Israël fait beaucoup pour eux." a déclaré le lieutenant-colonel A.

 

L’aide humanitaire

En plus de l'assistance médicale, l'Opération Bon Voisin a fourni en 2017 une aide humanitaire supplémentaire dont 694 tonnes de nourriture, 14 138 boîtes de lait maternisé, 6 351 couches, 174 tonnes de vêtements et 12 329 produits hygiéniques.

Les infrastructures

Les infrastructures électriques ont été endommagées par la guerre en Syrie. Les Syriens n’ont donc pas accés a l’électricité et n’ont d’autre choix que d’utiliser des générateurs.
En 2017, Tsahal a fournit 13 générateurs électriques ainsi que 542 797 litres de carburant pour que les Syriens puissent cuisiner et chauffer leurs maisons. La guerre en Syrie a également endommagé de nombreux bâtiments, maisons et centres d'éducation. En réponse, l'opération Bon Voisin a fourni à la Syrie des structures mobiles pour remplacer les biens endommagés.

L'armée israélienne est heureuse d'avoir mis en place l’Opération Bon Voisin cette année et espère en faire encore plus l’année à venir pour les Syriens.

 

 

 

 

Des Israéliens collectent jouets, bonbons et vêtements pour les réfugiés syriens

"Ce sont nos voisins", a dit le conseil régional du Golan, appelant les résidents à offrir aux enfants déplacés "un moment de joie douce et innocente"

 
Des enfants syriens de la province de Deraa qui ont fui les bombardements de forces pro-gouvernementales attendent de pouvoir franchir la frontière jordanienne, à Nassib, le 1er juillet 2018. (Crédit : AFP / Mohamad ABAZEED)
Des enfants syriens de la province de Deraa qui ont fui les bombardements de forces pro-gouvernementales attendent de pouvoir franchir la frontière jordanienne, à Nassib, le 1er juillet 2018. (Crédit : AFP / Mohamad ABAZEED)

Les autorités israéliennes sur le plateau du Golan ont lancé une campagne recommandant vivement aux résidents locaux d’offrir des jouets, des jeux et des vêtements aux Syriens déplacés à proximité de la frontière où ils ont fui les bombardements des forces gouvernementales syriennes.

Vendredi, les militaires israéliens ont annoncé qu’ils avaient fourni plusieurs tonnes d’aide humanitaire au sud-ouest de la Syrie mais qu’ils n’accepteraient pas les dizaines de milliers de réfugiés de la zone qui ont commencé à se rassembler le long de la frontière.

L’opération a duré « plusieurs heures », a expliqué l’armée, et environ 300 tentes, 13 tonnes de produits alimentaires, trois palettes de fournitures médicales et 30 tonnes de vêtements et de chaussures ont été livrées aux réfugiés.

« Les réfugiés sont arrivés sans équipements basiques nécessaires à une vie digne », a commenté Eli Malka, chef du conseil régional du Golan, dans un communiqué émis dimanche soir. « Aux côtés des activités humanitaires de l’armée israélienne ces derniers jours, j’ai ordonné l’ouverture d’un centre de collecte d’équipements supplémentaires pour permettre aux réfugiés de vivre de manière humaine ».

Malka a expliqué que cette collecte aura lieu lors des prochains jours dans les communautés variées du plateau du Golan, après quoi les produits seront transférés aux militaires avant d’être remis aux Syriens.

Des tracteurs chargent de l’aide humanitaire provenant de l’armée israélienne qui sera envoyée aux réfugiés syriens dans les campements en tente dans le sud-ouest de la Syrie, le 28 juin 2018 (Crédit : Armée israélienne)

« Nous serions heureux que chaque famille prépare un paquet fermé pour un enfant syrien avec des petits jeux et des jouets, des crayons et des bonbons qui ne fondent pas, pour leur offrir un moment de joie douce et innocente », a ajouté Malka.

Un prospectus transmis aux résidents du Golan a fait la liste des autres objets qui pouvaient être donnés – chaussures et sandales, des vêtements pour les hommes et les petits garçons, des biberons, des tétines, des pots, des pantalons et des bouteilles d’eau minérale.

Le document demandait également des poupées, des animaux en peluche et des petites voitures, en précisant que « l’objectif est que tous les enfants/ les réfugiés puissent trouver un objet de réconfort ».

Depuis la reprise des attaques par les forces pro-régime au début du mois dans la province de Daraa, des dizaines de milliers de civils syriens affluent vers les frontières israélienne et jordanienne avoisinantes, en quête d’un refuge.

Un certain nombre de camps ont été dressés dans le secteur mais ils manquent généralement d’accès à l’eau potable, à l’électricité et autres nécessités de base. Dans de nombreux cas, ces camps sont surpeuplés et n’offrent pas suffisamment d’abris. Certains Syriens dormiraient dehors pendant la nuit.

« Ce sont nos voisins et nous considérons comme une mitzvah [le devoir religieux Juif] le fait de les aider dans cette période où ils en ont tellement besoin », a poursuivi Malka.

Les personnels médicaux de l’armée israélienne soignent un enfant syrien blessé amené au sein de l’Etat juif pour y être pris en charge dans un hôpital, le 29 juin 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Vendredi soir, l’armée israélienne a fait venir six ressortissants syriens blessés – dont quatre enfants devenus récemment orphelins, selon des informations – dans le pays où ils seront pris en charge par un hôpital local au cours d’une « opération médicale unique et complexe », ont dit les militaires.

 

La jeunesse israélienne se mobilise pour les réfugiés syriens

 

La crise en Syrie n’est pas ignorée par Israël. Plusieurs mouvements de jeunesse israéliens, dont la Fédération des jeunes pour le travail et l’étude (Histadrut HaNoar HaOved VeHaLomed), le Mouvement  Dror et les personnes engagées dans la lutte contre le génocide, ont mené une vaste opération de collecte de vêtements d’hiver pour les réfugiés syriens.

 

 

 

L’opération, baptisée «Chaleur humaine», a ouvert 15 centres de collecte dans tout le pays où les Israéliens peuvent faire des dons de vêtements d’hiver. Les centres sont dans les communautés druzes, arabes et juives. Les vêtements d’hiver vont ensuite aux Syriens qui ont besoin d’aide.

Une opération semblable s’est produite en 2014, 30 tonnes de vêtements d’hiver ont été donné aux réfugiés syriens. Il a fallu 1.500 boîtes pour transporter tous les vêtements, et huit semi-remorques pour transporter le tout.

dror-2

Les organisateurs ont déclaré que «cette terrible tragédie dure depuis six ans maintenant. Cette terrible réalité nous oblige à agir et à faire tout ce que nous pouvons pour aider ces personnes. ” L’objectif de cette opération est de permettre au public israélien de faire don de vêtements d’hiver inutilisés qui restent stockés dans leur placard, et de faire un don significatif qui pourrait juste sauver une vie.”

Le coordonnateur de l’opération, Tal Rotem, a déclaré que ” à la lumière des rapports qui sortent tous les jours (sur la situation en Syrie) nous ne pouvons pas nous contenter de nous tenir à l’écart. L’histoire de notre nation, en plus du fait que nous sommes un pays démocratique, nous oblige à travailler pour aider ces personnes et pour être la voix des sans voix. Nous ne devons pas rester inactifs lorsque nous avons la capacité d’aider à faire quelque chose. ”

Safa’a Su’ad, 15 ans, de la ville bédouine de Salame, a déclaré que «cette opération a réellement réussi. “Tout le monde dans le village a pris part, et tout le monde a donné quelque chose. Nous avons recueilli tous les types de vêtements d’hiver pour tous les âges et sexes différents. De temps en temps je regarde les nouvelles avec mes parents, et je vois ce qui se passe (en Syrie). C’est un massacre. Je suis vraiment heureux d’avoir participé à cette opération parce que cela me permet de faire un peu pour atténuer les souffrances de la nation syrienne.

 

Une infirmière israélienne délivre un bébé syrien

 

Cette nouvelle maman syrienne est heureuse en berçant son nouveau-né au centre médical Ziv de Safed,  après avoir donné naissance à une petite fille de 2,6 kg en  bonne santé à l’unité médicale israélienne, mardi 26 août dernier. Il s’agit de la septième naissance d’un bébé syrien au centre médical du Nord.

 

“Nous avons déjà traité un certain nombre de mères et de bébés de Syrie et nous le faisons avec dévouement et amour, a déclaré Esther Ambar, l’infirmière responsable du service néonatal au centre médical Ziv.

La nouvelle mère syrienne qui a donné la vie en Israël habite Quneitra. Elle a dit à l’équipe médicale israélienne que des combats dans la région de Quneitra rendent sa grossesse très difficile. “En raison de la guerre, il y a une pénurie de nourriture et il y a pas de matériel médical ni d’installations d’accouchement. Je savais que j’étais déjà à ma 40e semaine de grossesse et que la naissance était imminente. Personne ne pouvait m’aider. Mes parents et amis m’ont dit que les victimes syriennes sont transférées en Israël où ils reçoivent de bons soins,” dit-elle.

Lorsque qu’elle a perdu les eaux, la jeune femme a demandé à sa famille et ses amis de l’emmener à la frontière israélo-syrienne. L’armée israélienne l’a transféré à l’hôpital.

“J’étais anxieuse et j’avais peur, mais les infirmières israéliennes et les médecins m’ont traité avec sensibilité et respect et la délivrance s’est bien passée. Je suis très heureuse d’être venue ici, ils me traitent bien et prennent soin de moi et de mon nouveau-né, » dit-elle.

Esther Ambar, qui vit au kibboutz Ein-Zivan sur le plateau du Golan bombardé il y a quelques jours par des roquettes depuis la Syrie, aide la nouvelle maman. “Nous vivons dans une étrange réalité. Dimanche, nous étions réfugiés dans les abris quand un certain nombre de roquettes a touché le sol près du kibboutz, et aujourd’hui, nous avons fait naître un bébé syrien dont la mère est originaire du lieu  d’où sont partis les obus” dit Esther Ambar. ” Nous entendons et voyons les combats en Syrie tous les jours et nous savons que la population est en grande difficulté.”

“Les gens ordinaires ne sont pas intéressés par les guerres, les mères syriennes que nous rencontrons et qui nous racontent leur vie difficile,  parlent de leurs espoirs de paix et d’un avenir meilleur pour leurs enfants. Leur reconnaissance est en mouvement et nous souhaitons que ce soit un pont vers un dialogue entre nous et eux et un espoir pour la paix et la tranquillité dans la région. ”



Ajouté le 25/07/2018 par ambassade israel - 0 réaction - Actualités

Page précédente    1 2 3 4 5   Page suivante