France-Israël-Alliance Général Kœnig est une organisation indépendante d’hommes et de femmes persuadés que l’amitié entre la France et Israël est un impératif d’ordre moral fondé sur des valeurs communes.

 

Madame, Monsieur, chers amis,


Union pour la Langue et la Culture Hébraïques 
Moadon Ivri


Brit Ivrit Olamit, Alliance hébraïque Universelle


a le plaisir de vous inviter 

Mardi 17 octobre 2017 à 19h30


A la conférence en hébreu de

Mme Guila-Clara Kessous
Comédienne, metteur en scène et universitaire, 
Artiste de l'UNESCO pour la Paix

 

sur le thème

 

Théâtre et sacré dans la tradition juive
 

Guila-Clara Kessous
Comédienne, metteur en scène et universitaire. Spécialiste de théatre et droits de l'Homme, elle travaille à l'ouverture de la section à la Kennedy School de l'Université de Harvard et en crée le cours à SciencesPo Paris. Artiste, chercheur et enseignante, elle bénéficie, en tant que comédienne d'une double approche française et américaine en travaillant avec des metteurs en scène tels que Jim Spruill, John Malkovich, Peter Brook, Daniel Mesguich, Jean Pierre Vincent, ... Détentrice d'un MBA spécialisé en gestion culturelle (ESSEC), elle a co-produit et mis en scène plus d'une vingtaine de spectacles. Sa thèse sous la tutelle d'Elie Wiesel s'interrogeait sur l'éthique et l'esthétique. Traductrice assermentée, elle a traduit de nombreuses pièces dont "Il était une fois" d'Elie Wiesel dont elle crée la première mondiale à Boston en présence de l'auteur en 2007 et au Festival d'Avignon 2008 avec la complicité de comédiens de la Comédie Française. Collaboration avec de nombreux auteurs et artistes sur des créations théatrales liées à des causes humanitaires et sociales : Marie-Christine Barrault, Thedore Bikel, James Taylor, Marie NDiaye, Dimitri Dimitriadis, Jean-Claude Grumberg, ... Elle est la fondatrice de la Troupe Francophone de l'Université de Harvard et a reçu à cet effet le diplome d'excellence d'enseignement du Derek Bok Center. Elle poursuit son enseignement et ses conférences en France et à l'étranger (Université de Harvard, Université de Boston, Université d'Oxford, Université de Genève, Ecole Normale Supérieure, Alliances Françaises,  ...). Dans le cadre de ses recherches théatrales et cinématographiques, elle est membre du laboratoire ARIAS (CNRS/Paris III/ENS) en tant que chercheur associé et est détentrice de la Bourse post-doctorale de la Fondation pour la recherche et le dialogue interreligieux et interculturels (FIIRD) de l'Université de Genève. Nommée Chevalier Arts & Lettres par le Ministère de la Culture pour son travail théatral à l'étranger, elle reçoit le titre d'Artiste de l'UNESCO pour la Paix en 2011.

.

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
  18-19h20 Conversation en hébreu 

19h20 à 19h30 : Entracte autour d'une boisson et de gâteaux

19h30 Conférence en Hébreu 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


 Le Moadon Ivri a déménagé à La Grande Synagogue de la Victoire
Par mesures de SÉCURITÉ
Veuillez, SVP,  vous inscrire

 

Je vous remercie de prendre bonne note de ce RDV, en rappelant que Le MOADON IVRI de Paris/ Union pour la langue et la culture  hébraïques est un point de  rencontres pour locuteurs de niveau moyen ou confirmé. Il est, en France et en Europe, le premier lieu d’animation et d’échanges en hébreu courant sur la langue, la civilisation et la culture hébraï ques d’hier et d’aujourd’hui. Des conférences y sont données en hébreu par des personnalités très diverses, diplomates, journalistes, chercheurs, écrivains, théologiens, artistes ou universitaires. Un dialogue s’y engage sur des thèmes historiques et contemporains avec les adhérents de l’association.
Vous souhaitant la bienvenue au Moadon, je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, chers amies et amis du Moadon, mon shalom très cordial et chaleureux.


Ruth Perrin, Secrétaire générale
Synagogue de la Victoire, 44, rue de la Victoire, Paris
Écrire : ruthperrin@gmail.com ; Tel :  06 30 91 68 91

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Prochaines conférences
24.10.17   :      M Moshé Cohen, délégué Organisation Sioniste Mondiale, Président du Moadon Ivri
                           L'Organisation Sioniste Mondiale fête ses 120 ans
31.10.17   :      M Ariel Arensburg, Assistant du Consul d’Israël en France, Science Politique.
                            Actualité Israélienne 
                                
Activités culturelles en français
1.   Oulpan, apprendre l'hébreu près de chez vous
2.   Actualités du Livre de Ruth 
3.   L'Islam radical, le terrorisme, l'antisémistisme, l'Europe peut-elle survivre et quel avenir pour les juifs d'Europe ?
4.   Colloque à Jérusalem : Centenaire de la naissance d’André Chouraqui
5.   Israël aujourd’hui et demain,  Voyage avec KKL  France
6.   Représenter l'irreprésentable sur scène : Le théâtre d'Elie Wiesel| Suivi de Sous un ciel sombre
7.   L'Eglise catholique et le Sionisme
8.   Visites guidées en hebreu et en français de notre ami, artiste peintre, Alec Borenstein
.
.

1 . Oulpan, apprendre l'hébreu près de chez vous
Cours hebdomadaires
Ouverts à tous (à partir de 17 ans), au nombre de 130 en France et 12 en Belgique, se déroulent une fois par semaine, à raison d’1h30 par séance (soit 45h par an). Les professeurs sont dûment formés pour assurer la meilleure qualité d’enseignement. Subventionnés par l’OMS, ces cours ont également le mérite d’être accessibles à toutes les bourses (prix conseillé de 180 euros environ par an).
Cours intensifs
Les candidats à l’alya peuvent aussi bénéficier d’oulpanim intensifs. Plusieurs options sont proposées, en fonction de la demande : oulpan intensif pour les jeunes après le bac qui préparent le test d’aptitude « YAEL », oulpan intensif pour les professions médicales et pour le grand public.
Cours en Israël
L’OSM organise aussi des oulpanim intensifs en Israël, pendant les vacances d’été, pour les familles et les célibataires. Au programme : cours d’hébreu pour adultes et enfants, sorties touristiques et culturelles, activités éducatives, ludiques, sportives, artistiques, conférences, ateliers…
https://osmfrance.fr/oulpanim/ ;  01 84 79 06 55 ;  osm@wzo.org.il

2. Actualités du Livre de Ruth
Mercredi 18 octobre à 19h 
Discussion et débat autour des thèmes du livre.
Lévirat ; glane ; 'hupa (dés nuptial )…
Rabbin: yeshaya@massorti.com ;
Yoav :  ehc.paris@gmail.com ; 06 12 56 97 63 (EHC=études hébraïques contemporaines )
PAF : libre ; Michaël Rapaport 01 75 77 71 72
Café des Psaumes, 16 ter rue des Rosiers-75004 Paris 

.  

3. Bnai Brith France Loges Léon Blum,  Judaïsme pluriel et Yonathan Natanyahou
Lundi 23 octobre à 19h30
Conférence débat suivie d'un buffet
Guy Millière, géoplitologue et écrivain francais
L'Islam radical, le terrorisme, l'antisémistisme, l'Europe peut-elle survivre et quel avenir pour les juifs d'Europe ?
Inscription obligatoire : Liliane 06 16 46 91 52 ; Colette   06 87 44 70 16 ; lynmaiben@sfr.fr
PAF 20€
Centre communautaire de Neuilly, 44 rue Jacques Dulud, 92200 Neuilly sur Seine

.

4. Colloque à Jérusalem : Centenaire de la naissance d’André Chouraqui
En partenariat avec L'Institut Français, The central zioniste archives, L'Organisation sioniste Mondiale, Center for Study of Relations between Jews, christiens, Muslims, The Open University
Jeudi 26 octobre 2017 a 13h30
Auditorium de Yad Ben-Zvi :
14h / précises dans le grand
Allocutions de bienvenue Pr Eyal Gineo, directeur de l’Institut Ben-Zvi
Dr Yigal Sitry, directeur des Archives sionistes centrales
Ambassadeur Daniel Gal, président des Amis d’André Chouraqui
Programme complet et bilingue :  www.andrechouraqui.com
auditorium de Yad Ben-Zvi, 14 Ibn Gabirol, Jérusalem
Renseignements et inscription : lesamis@andrechouraqui.com ; +972544 636 716

.

5. KKL  France
Du 31 Octobre au 5 Novembre 2017
Israël aujourd’hui et demain,  saison 4
Voyage à la rencontre des acteurs de la société civile israélienne. 
De la cité High Tech de Jérusalem à la Mer Morte devenue source de vie grâce aux avancées                                                           spectaculaires de la Recherche et du Développement en passant par le désert du Neguev où le KKL a fait jaillir l’eau.
Découvrir l’esprit, les rêves et les réalisations de l’Etat d’Israël à l’aube de son 70e anniversaire.
Depuis 117 ans, le KKL est précurseur dans la réalisation du rêve sioniste
Le KKL poursuit ses actions en Israël pour son peuple et les générations à venir dans de nombreux domaines : Lutte contre la désertification, Afforestation, Recherche et Développement, Loisirs, Culture, Social, Education.
Renseignements et inscriptions : adva@kkl.fr ; 01.42.86.88.88

6. Représenter l'irreprésentable sur scène : 
Le théâtre d'Elie Wiesel| Suivi de Sous un ciel sombre
Livre de Guila Clara Kessous et Élie Wiesel
Lettres et Essais littéraires / Études d'œuvres
Une étude de l'oeuvre du dramaturge américain dans laquelle l'auteure présente ses liens avec le théâtre tel qu'il est représenté dans le judaïsme traditionnel. Elle évoque notamment comment l'artiste positionne l'humanité dans son questionnement sur...
Retrait gratuit : Disponible à partir du 22/11/2017
https://tinyurl.com/yb9elmld

7. L'Amitié judéo- chrétienne de Paris- Ouest
Jeudi 19 octobre à  18h30-20H30,  
Frère Louis- Marie Coudray  
L'Eglise catholique et le sionisme
A la fin du XIX° siècle, face à la montée de l’antisémitisme en Europe, Théodore Herzl élabore le projet du retour du peuple juif sur sa terre, alors Palestine sous autorité ottomane.  En 1904 Pie X refuse par une formule restée célèbre " Non Possumus"  de soutenir ce projet de créer un foyer national pour les Juifs en Palestine .   Il faudra attendre 1979 pour que le magistère de l’Eglise, dans une allocution papale,  mentionne  Israël et sa terre pour la première fois. En 1993, un « accord fondamental » est signé entre l’état d’Israël et le Saint Siège qui débouchera sur l’établissement de relations diplomatiques. A travers ce parcours historique, il s’agira de relever les influences théologiques et politiques de l’évolution de la position du Saint Siège vis-à-vis du monde juif et de son rapport à la terre d’Israël.
Louis - Marie Coudray est  moine bénédictin . Il est  entré d'abord  à l’abbaye du Bec Hellouin puis  a été  présent en Israël au monastère d’Abu Gosh, pendant 35 ans. Depuis un an il dirige au sein de l'Eglise catholique  le Service national pour les relations avec le judaïsme.
PAF : 5 euros adhérents, sympathisants 7 euros
70 rue Jouffroy,  Paris 17e, métro Wagram

.  

8. Visites guidées en hebreu et en français de notre ami, artiste peintre, Alec Borenstein
Tel : 01 42 09 61 42 ; Atelier : 01 45 83 23 67 ; Portable 07 89 91 46 25
alecborenstein@yahoo.com ; www.borensteinarts.com

Mercredi

  Pop Art

Musée Maillol

18/10 à 12h30

61, rue de Grenelle, 75007 

Mercredi

  Monet collectionneur

Musée Marmottan

8/11   à 12h30

2, rue louis Boilly, M° La Muette

Mercredi

La collection d’Ordrupgaard

Musée Jacquemart -André

29/11 à 12h00 

(Cézanne, Monet, Renoir, Gauguin)

158 Bd Haussmann, M° Miromesnil

Mercredi

Gauguin

Atelier Alec Borenstein

6/12  à  11h30

(conférence à l'atelier avec diapos)

123 Boulevard Masséna 75013 

Mercredi

  André Derain

Centre G Pompidou

17/01 à 12h30

RDV devant l'accueil au RDC



Ajouté le 16/10/2017 par Guila Clara Kessous - 0 réaction - Actualités

Paru dans FIGAROVOX le 15/10/2017

 

TRIBUNE - Au lieu de critiquer la décision du président des États-Unis, les autres pays occidentaux devraient suivre son exemple, plaide Gilles William Goldnadel, président de l'Association France-Israël.

Dans ce monde hollywoodien dans lequel nous vivons médiatiquement, il est acquis que le président des États-Unis est un butor incohérent et que tout ce qui émane de lui ne peut être que mauvais. Par conséquent, sa décision de faire quitter l'Unesco à son pays ne peut être que mauvaise. C'est dans ce cadre idéologiquement ingrat que je vais suggérer que même Donald Trump peut parfois incarner la cohérence.

Ce n'est pas la première fois qu'un président américain décide de quitter l'organe des Nations unies théoriquement chargé de promouvoir l'éducation et la culture. En son temps, Ronald Reagan - lui aussi raillé de son vivant par le camp autoproclamé du Bien - avait abandonné l'aréopage international en raison de son tropisme pro-communiste et tiers-mondiste.

Quelques exemples des prises de position de l'Unesco envers Israël ou le peuple juif montrent combien cet aveuglement des médias confine à l'abandon complice

 

Cette fois le président médiatiquement honni a pris une décision identique en raison, pour l'essentiel, de l'obsession pathologiquement anti-israélienne de l'organisation. Il est piquant de constater qu'à lire la presse internationale, cette aversion ne serait pas un fait avéré, mais seulement le sentiment éprouvé par les autorités des États-Unis, sans doute trop sensibles. Or c'est dans le déni aberrant de cette tragique autant qu'aveuglante réalité que les Israéliens, toutes tendances confondues, puisent la conviction de devoir affronter seuls l'irrédentisme hostile et constant de leurs ennemis.

Quelques exemples des prises de position de l'Unesco envers Israël ou le peuple juif montrent combien cet aveuglement des médias confine à l'abandon complice. Lorsque les Nations unies ont célébré leur 50e anniversaire, en 1995, l'Unesco a refusé de mentionner la Shoah dans sa résolution sur la Seconde Guerre mondiale, ignorant délibérément la demande d'Israël d'inclure une référence à la destruction du judaïsme européen.

En 1996, l'Unesco a organisé un symposium sur Jérusalem au siège de l'organisation à Paris. Aucun groupe juif ou israélien n'a été invité. En 2001, l'Unesco a promu la «déclaration du Caire pour la préservation des antiquités à Jérusalem», qui accusait faussement Israël de détruire les antiquités islamiques dans la Vieille Ville de Jérusalem. Accusation joliment ironique quand on sait les archéologues israéliens contraints de rechercher pathétiquement dans les gravats des travaux de destruction ordonnés par le Wafd (les autorités musulmanes chargées de gérer l'Esplanade des mosquées) les reliefs des vestiges historiques.

En janvier 2014, l'Unesco a annulé une exposition à Paris prévue pour présenter la présence juive à travers les siècles sur la terre d'Israël depuis la période biblique jusqu'à nos jours. À la suite des protestations de l'Administration Obama, l'Unesco fut contrainte d'obtempérer six mois plus tard. Dans un rapport de l'Unesco sur la science, le médecin et talmudiste Maïmonide (1138-1204), qui vécut en Andalousie, en terre d'Israël puis en Égypte, est répertorié comme musulman sous le nom de «Moussa Ben Meimoun». Ainsi, le théologien était converti post-mortem à l'islam par la grâce des historiens révisionnistes de l'organisation culturelle.

Les résolutions surréalistes d'octobre 2016 et de mai 2017 ont définitivement achevé la crédibilité de l'Unesco

 

Mais ce sont bien sûr les résolutions surréalistes d'octobre 2016 et de mai 2017 qui ont définitivement achevé
la crédibilité de l'organisation censée se consacrer à la culture. Cette fois, toute référence à l'histoire juive et chrétienne en Terre Sainte était solennellement niée au profit d'une réécriture islamique d'une histoire humaine qui débutait 700 ans après la naissance du juif Jésus. Le mur des Lamentations était littéralement mis entre parenthèses, le temple d'Hérode détruit une troisième fois d'un trait de plume au profit du cheval de Mahomet s'envolant d'une mosquée vers les cieux. La France s'abaissa à voter la première résolution et s'abandonna à l'abstention dans la seconde. Pour faire bonne mesure, en juillet 2017, l'Unesco reconnaissait le Tombeau des patriarches de la vieille ville de Hébron comme un «site palestinien», qui plus est patrimoine en péril, compte tenu des menées israéliennes. Précisons que l'organisation culturelle des Nations unies n'avait dit mot lorsque le tombeau de Joseph, un lieu saint pour les juifs, avait été délibérément incendié pendant l'intifada et converti en lieu de pèlerinage musulman.

En réalité, l'attitude de l'Unesco a été d'une parfaite cohérence intellectuelle en raison de sa constante collaboration avec l'Isesco, l'organisme culturel de l'organisation de la Conférence islamique. Selon l'Isesco, l'histoire biblique et les temples juifs ne sont que fictions, les monuments juifs des trésors islamiques volés par les sionistes et les travaux archéologiques des Israéliens des actes criminels contre les musulmans. L'idéologie de cette Unesco asservie dépeint les juifs comme des envahisseurs tandis que les musulmans qui ont conquis le pays au septième siècle sont, par un saut dans le temps assez acrobatique, les descendants directs des premiers cananéens.

L'abandon d'Israël dissimule l'abandon suicidaire de l'Occident et de sa culture judéo-chrétienne par lui-même. Et il peut arriver qu'un butor soit plus cohérent que bien des êtres raffinés.

 

Gilles William Goldnadel



Ajouté le 16/10/2017 par Gilles William Goldnadel - 0 réaction - Actualités

Publié le 09/10/2017

 

FIGAROVOX/CHRONIQUE - Le terroriste islamiste qui a égorgé deux jeunes filles à Marseille était un tunisien en situation irrégulière arrêté et condamné sans jamais être expulsé. L'avocat et essayiste, Gilles William Goldnadel rappelle que, pour des raisons administratives, les clandestins ne sont presque jamais expulsés.

 


Gilles-William Goldnadel est avocat et essayiste. Il est président de l'association France-Israël. Toutes les semaines, il décrypte l'actualité pour FigaroVox.


Laura et Maurane reposent à présent dedans la terre froide. Combien de temps reste-t-il ,tandis que l'émotion dure un peu encore, avant que la sottise et la méchanceté ne redressent la tête? Quelques jours peut-être. Ensuite, tous les défenseurs de la marque déposée «droits de l'homme» mais dont la sollicitude ne va qu'à l'enragé, tous les altérophiles diplômés reprendront la direction de l'information contrôlée.

 

Puisque je dispose donc de quelques heures encore de sursis pour pouvoir dire les choses sans être trop médiatiquement lapidé, disons les fort et vite.

Une nouvelle fois, en France, deux êtres humains sont morts, ici deux jeunes filles, non par quelque étrange fatalité mais uniquement par la folie de notre société.

Après Nice, après Saint-Étienne-du-Rouvray, à Marseille.

L'égorgeur islamiste tunisien vivait irrégulièrement en France depuis dix ans mais était régulièrement arrêté et condamné sans jamais être expulsé. Tout est dit. Aussitôt la presse, le ministre de l'intérieur ont évoqué un dysfonctionnement et une enquête a été ordonnée. Les fonctionnaires qui avaient relâché l'assassin la veille encore, le préfet des Bouches-du-Rhône ont été mis sur la sellette. Et l'on a eu raison. Mais on a eu tort aussi: Ce qui est présenté et regardé comme une faute anormale correspond dans les faits à la norme habituelle.

Disons-le clairement : la France n'expulse pratiquement plus aucun étranger irrégulier, fut-ce un dangereux condamné.

Disons -le clairement: la France n'expulse pratiquement plus aucun étranger irrégulier, fut-ce un dangereux condamné. Et les décisions politiques, judiciaires et administratives empilées qui empêchent pratiquement le respect de la souveraineté nationale ne sont que les conséquences mécaniques de la névrose intellectuelle qui s'est emparée des esprits depuis trois décennies. Après le drame, la presse bien-pensante a crié haro contre le préfet défaillant pour ne pas avoir expulsé le délinquant étranger.

C'est la même qui depuis 30 ans nous explique qu'il ne faut pas expulser un étranger, fut-il délinquant, car il n'y a plus d'étrangers mais que des semblables et plus de frontières mais qu'un seul monde.… Voilà, en profondeur, ce qui a inexorablement creusé les tombes des deux petites, et celle d'un prêtre catholique, et puis d'une centaine de niçois, et puis de quelques juifs et qui va continuer encore à creuser. C'est dit.

Et puisque nous en sommes à pouvoir dire les choses clairement pour encore quelques temps: Montrons ces paroles névrotiques qui fabriquent la haine. Des paroles en libre circulation et qui provoquent ordinairement moins d'indignation que les paroles de ceux qui les dénoncent.

Staline conseillait paraît-il de traiter tout contradicteur de fasciste, histoire de le déstabiliser. Le conseil semble avoir été fidèlement entendu.

La semaine passée nous en livre quelques échantillons frais d'excellente qualité. C'est ainsi qu'une fonctionnaire de la mairie communiste de la Courneuve dénommée Sonia Nour a décerné le titre de «martyr» à l'assassin islamiste de Marseille et relativisé son geste, la même avait gazouillé sur Twitter le 22 juin: «j'emmerde cette France raciste . Cette France patriarcale. J'emmerde cette France homophobe, lesbophobe et validiste. J'emmerde cette France bourgeoise, communautaire et consanguine. J'emmerde cette France maltraitante et dans le déni de son histoire. Des noirs et des arabes ne disent pas «vive la France»? Apprenez déjà à nous respecter.».Plus grave: La suppléante Insoumise de Monsieur le député Ruffin, bien en cour médiatique et cinématographique, Mademoiselle Zoé Desbureaux, a cru devoir apporter tout son soutien à la fonctionnaire communiste . La même suppléante avait déjà délicatement tweeté: «Quand des centaines de juifs viennent s'installer pour deux semaines sur ton lieu de vacances et que le seul sweat de ton frère c'est Boycott Israël!». Son supplié est demeuré très calme. Le monde médiatique est demeuré placide.

Encore plus grave, mais dans le même esprit de dislocation: Libération a cru devoir publier l'article d'un historien ,Nicolas Mariot, qui plaçait sur le même plan la famille musulmane du terroriste anti-juif Mohamed Merah et la famille d'un jeune soldat juif nommé Hertz, tombé à l'ennemi en 14 -18. Le relativisme crétin dans toute sa gauchisante splendeur. Après une petite levée de boucliers, l'historien a écrit ses regrets. Dont acte. Mais la faute incombe moins à celui-ci qu'au responsable irresponsable de sa publication.

C'est donc dans ce cadre névrotique habituel qui a fait le nid des oiseaux du malheur actuel que l'éloquence aérienne de Monsieur Mélenchon s'est vue pousser des ailes.

Le tribun de première classe, susceptible comme tous les irascibles, n'a pas apprécié que Monsieur Valls puisse classer, assez logiquement pourtant, ses Insoumis parmi les «islamo-gauchistes».

Voilà que l'ancien premier ministre parlerait donc, insulte suprême, «comme l'extrême droite». Staline conseillait paraît-il de traiter tout contradicteur de fasciste, histoire de le déstabiliser. Le conseil semble avoir été fidèlement entendu.

Il y a bien longtemps que je me ris des jurons des charrons. Je veux bien par eux être classé dans la fâcheuse sphère, être traité de fasciste, de nazi, de pédophile ou d'abruti. Rien ne m'empêchera très méchamment d'écrire que Monsieur Mélenchon parle comme Mélenchon.

 

 
«La France n'expulse pratiquement plus aucun étranger irrégulier»

Alliez style et confort !Sélection Manteaux femme

Découvrez
 
 
Gilles William Goldnadel


Ajouté le 11/10/2017 par Gilles William Goldnadel - 0 réaction - Actualités

 

 

Pour une fois la propagande anti- israélienne dit vrai : les juifs, les Israéliens, les sionistes et leurs partisans souhaitent l’indépendance du peuple kurde. Et ils ne s’en cachent pas. Comment pourrait-il en être autrement ? Comme le peuple juif, le peuple kurde à qui l’on a promis depuis un siècle le droit d'avoir un État se le voit refuser. Comme le peuple juif, il l’a amplement mérité par ses souffrances comme par ses mérites dont le dernier, et non des moindres, est d'avoir puissamment contribué à la déconfiture de l'État islamique. Comme le peuple juif, l'arabisme lui dénie tout droit à disposer d'un État au Proche comme au Moyen-Orient, considérant cette terre comme monopole arabique, exactement comme les islamistes dénient aux non - musulmans tout droit sur ce qu'ils nomment « terre d'islam » sans que les occidentaux qui n'osent plus invoquer les racines judéo-chrétiennes de l'Europe ne trouvent rien à redire. Même l'actualité la plus récente évoque les premiers jours de l'État juif : quand l'on voit certains nationalistes kurdes reprocher à leur chef Barzani sa témérité organiser un référendum en dépit de tous les dangers, exactement comme certains dirigeants

sionistes reprochaient à Ben Gourion d’oser décréter l'indépendance d'un Israël entouré d'armées arabes déterminées à l'anéantir. Ce qui devrait davantage surprendre l'observateur impartial, est le manque d'enthousiasme des partisans d'un État arabe palestinien pour la création d'un État kurde. Ceux -ci devraient militer avec au moins autant d'ardeur. Le peuple kurde existe depuis bien plus longtemps que le peuple palestinien et lui ne dispose pas de vingt autres États arabes et d'une Jordanie, palestinienne à 70 %. S'il s'agit seulement de réalisme politique et de crainte de violences futures, dans ce cas pourquoi militer pour un État de Palestine qui compromet grandement la sécurité stratégique de son voisin juif ? Les Kurdes, eux,ne contestent pas l'existence et les droits nationaux des États-nations arabes voisins. La seule raison qui puisse expliquer ce manque d'enthousiasme

c'est qu'il ne saurait être question de contrarier les Arabes et qu'il est plus doux de militer pour la création d'un État qui contrarie toujours pour l'heure le devenir d'un autre État si agréable à haïr.

Pour toutes ces raisons, et avant tout, au nom de la justice, souhaitons donc l'avènement d'un État kurde libre. ●

 

HAÏM KORSIA

Grand Rabbin de France

Membre de l'Institut

 

SHMUEL TRIGANO

Professeur des Universités

 

G.W. GOLDNADEL

Président de France-Israël et d’Avocats Sans Frontières

 

 

 

 

Ce qui devrait davantage surprendre

l'observateur impartial, est le manque

d'enthousiasme des partisans d'un État arabe

palestinien pour la création d'un État kurde

 

Résultat de recherche d'images pour "haim korsia"

 

 

Résultat de recherche d'images pour "shmuel trigano"

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour

 



Ajouté le 11/10/2017 par Gilles William Goldnadel - 0 réaction - Actualités

L'Ambassade d'Israel nous communique le document suivant particulièrement intéressant et d'actualité.

 

 

Coup de projecteur sur l'économie israélienne, dynamique et innovante

Cliquer sur l'image pour accéder à la brochure complète.

Taux de chômage faible et croissance solide... Les arguments économiques d’Israël, la "Startup nation", font mouche auprès des pays du monde entier.
Israël, dont la population est de 7.9 millions d'habitants, est une économie capitaliste moderne qui se caractérise par un secteur public important et un secteur de la high-tech en croissance rapide. Avec 140 ingénieurs pour 10 000 habitants, Israël est le pays avec la concentration en ingénieur la plus élevée (contre 88 pour le Japon et 85 pour les États-Unis) au monde. 
L’économie israélienne n’ayant pratiquement pas souffert de la crise financière internationale avec laquelle l’Europe continue de se mesurer, ses performances économiques continuent de faire rêver plus d'un des grands dirigeants de ce monde.
Ce pays, sans ressources naturelles, a réussi en en moins de 70 ans d’existence, à faire partie du "Club" fermé des pays les plus industrialisés, ceux de l’OCDE (l'organisation de coopération et de développement économiques) tout en portant le poids très lourd d’une défense indispensable à sa survie.
A bien des égards donc, l’histoire brève mais mouvementée d’Israël, l'a mené à une conjonction de circonstances économiques, sociales, démographiques et politiques unique parmi les autres pays de l’OCDE.  
 
L'économie israélienne se porte mieux que jamais. Avec une croissance de 4% en 2016, elle surpasse les Etats-Unis, les autres pays de l’OCDE, et semble continuer sur cette lancée pour l'année 2017.
Israël est l'un des pays de l'OCDE qui connaît l'une des plus fortes croissances ces dernières années, avec de nombreuses créations d’emploi à la clé, un chômage qui tombe sous la barre des 5%, une inflation maîtrisée grâce à un système bancaire stable ainsi qu'un système d'éducation performant qui se situe régulièrement au sommet des pays occidentaux, contribuant à faire d'Israel un pays qui connait des taux d'émigration académique sans équivalent.
Israel, surtout connu pour son savoir-faire dans le domaine des hautes technologies, de l'informatique, l'électronique, le médical, la fibre optique ou encore l'aéronautique, attire les pays les plus riches et les plus ambitieux, qui se ruent en Israel à la recherche du secret de son incroyable capacité d'innovation. Cet élan d'enthousiasme lui a valu de s'implanter comme une "start-up nation" sur la scène internationale et de faire de ce secteur un moteur clé de son économie, contribuant à la croissance de son PIB à hauteur de 40%.
Cependant, dans les années à venir, Israël devra relever deux défis: l’exploitation de ressources naturelles récemment découvertes et la réduction des inégalités sociales.
La situation économique d’Israël doit donc être considérée sous deux aspects, l’un financier, qui donne un tableau encourageant jusqu’aujourd’hui et l’autre social, en voie d'amélioration.
 
Cette étude a été menée par le Centre Taub, un des principaux instituts de recherche israélien socio-économique indépendant et non-partisan, le Centre Taub offre des résultats de recherches impartiale et de haute qualité sur les conditions socio-économiques en Israël et élabore des options novatrices, et équitables pour des politiques macro-publiques favorisant le bien-être des Israéliens.

Le Centre Taub envisage une société et une économie israéliennes fondées sur des bases solides et durables et s'efforce d'informer au mieux les politiques publiques à travers des communications directes avec les décideurs politiques et en enrichissant, à travers des données statistiques et économiques, le débat public qui accompagne le processus décisionnel.

 
Copyright © 2017 Ambassade d'Israel, All rights reserved.
Les Amis


Ajouté le 11/07/2017 par Ambassade d'Israel/Centre Taub - 0 réaction - Actualités

Page précédente    1 2 3 4 5   Page suivante