Liste des actualités

 

Israël au Grand Palais : retour en images

 

> Aliza Bin-Noun, Ambassadeur d'Israël en France et  Valérie Pécresse, Présidente de la région Île-de-France - Photo Erez Lichtfeld

>

> Ouverture du symposium "Israël au seuil de la 4ème Révolution industrielle" organisée par l'Ambassade d'Israël en France et la Chambre de Commerce France Israël par Madame Valérie Pécresse, Présidente de la région Île-de-France.

>

> Mercredi 6 juin - Les défis de la nouvelle économie

 

> Photo Erez Lichtfeld

>

> Jean-Yves Le Gall Président du CNES -  Photo Erez Lichtfeld

 

Réchauffement climatique : Grand Palais, le CNES participe à la Saison croisée France-Israël 2018

> Israel Science Info

 

 

> "Jean-Yves Le Gall a rappelé combien la coopération entre le CNES et l’ISA (Israel Space Agency) était réussie, en témoigne le succès de la mission Venμs (Vegetation and Environment monitoring on a New Micro Satellite), lancée en août dernier par un lanceur européen Vega depuis le Centre Spatial Guyanais. Venμs est un projet à la pointe de l’innovation, qui est en train d’apporter une contribution majeure à l’étude de l’environnement et qui va permettre la qualification en vol de la propulsion électrique à effet Hall (IHET) israélienne.

> "Le Président du CNES est revenu sur les enjeux liés à la lutte contre le changement climatique et  sur l’un des 12 engagements du « One Planet Summit », organisé à l’initiative de la France par le Président de la République le 12 décembre dernier à Paris : le Space Climate Observatory (SCO). L’année 2018 sera consacrée à la définition des contributions possibles des partenaires du SCO dont le but est de mutualiser les données portant sur l’étude du climat, obtenues depuis l’espace et de faciliter leur utilisation par la communauté scientifique internationale. Dans ce cadre, Venµs devrait contribuer à l’Observatoire Spatial du Climat en permettant de progresser dans la compréhension du changement climatique et de ses impacts.

 

> En marge de sa participation, Jean-Yves Le Gall a déclaré : « La Saison France Israël 2018, à laquelle le CNES est étroitement associé, est une formidable occasion de mettre en avant nos métiers qui, plus que jamais, suscitent un vif intérêt dans le monde entier. Je me réjouis qu’à la suite du succès de Venμs, notre coopération avec Israël relève un prochain défi avec la perspective d’une nouvelle mission pour l’observation des nuages et la lutte contre le changement climatique, l’un des enjeux majeurs des prochaines décennies. »

 

Reportage sur le colloque portant sur la Cyber sécurité

 

> Voir le reportage d'I24 news en cliquant sur l'image

>

>

> Jean-Sébastien Decaux, DG JC Decaux, Ronit Ben-Dor, Ministre aux Affaires politiques, David (Dadi) Perlmutter – Directeur général associé d'Eucalyptus Innovation Capital, Alexandra Dublanche, VP Région Ile-de-France Chargée de Développement Economique, d'Agriculture et de la Ruralité, Aliza Bin-Noun, Ambassadeur d'Israël en France, Ariel Sella – Associé, Creion Ventures, Jacques Biot, Président de l'Ecole Polytechnique, Luc Bretones - Vice-président exécutif Technocentre & Orange Fab -  Photo Erez Lichtfeld

>

> Vendredi 8 juin - La sciences au service de l'innovation

>

> Claude-Wilfrid Etoka - président de la commission RSE du groupement du patronat de la francophonie (GPF), président de la société ECO-OIL, Aviv Tzidon – Fondateur et PDG de Phynergy Ltd, Muriel Touaty Directrice générale de Technion France, Aliza Bin-Noun, Ambassadeur d'Israël en France, Jacques Audibert, Secrétaire général du Groupe SUEZ, Olivier Sala - PDG ENGIE IT - Directeur adjoint ENGIE Digital - Photo Erez Lichtfeld

>

> Ofra Strauss – Présidente de Strauss Group, Maurice Lévy - Président du Conseil de Surveillance de PUBLICIS, Photo Erez Lichtfeld, Muriel Touaty Directrice générale de Technion France, Aliza Bin-Noun, Ambassadeur d'Israël en France, Henri Cukierman, Président de la Chambre de Commerce France-Israël

>

> Larry Jasinski – PDG ReWalk Robotics Ltd - Photo Erez Lichtfeld

>

> Photo Erez Lichtfeld

 

 

Sommet de Singapour : déclaration du Premier ministre israélien

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a publié le mardi 12 juin 2018, la déclaration suivante:

"Je félicite le président américain Donald Trump pour le sommet historique de Singapour, qui constitue une étape importante dans les efforts visant à débarrasser la péninsule coréenne des armes nucléaires.

"Le Président Trump a également pris une position ferme contre les efforts de l'Iran pour se doter d'armes nucléaires et contre son agression au Moyen-Orient. Cela affecte déjà l'économie iranienne. La politique du Président Trump est un développement important pour Israël, la région et le monde entier. "

 

 

Déclaration du Premier ministre concernant la résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies

 

(Communiqué du conseiller médias du Premier ministre)

> Les habitants de Gaza ne sont pas nos ennemis. Le Hamas l'est. C'est pourquoi Israël salue tous les efforts qui pourraient améliorer la situation de la population de Gaza tout en empêchant le Hamas de renforcer ses capacités militaires pour lancer de nouvelles attaques contre Israël.

> Israël apprécie le soutien constant de l'administration de Trump à Israël aux Nations Unies, et la forte déclaration de l'ambassadeur Haley aujourd'hui qui expose l'hypocrisie du parti pris de l'ONU contre Israël.

> La focalisation incessante de l'ONU sur Israël ne fait pas seulement honte à l'organisation. Cela détourne également l'attention de tant d'autres problèmes urgents qui exigent l'attention de la communauté internationale.

> Quant à Gaza, le Hamas est responsable de la terrible situation qui y règne, des pertes humaines et des souffrances causées par les violentes émeutes qu'il a provoquées au cours des dernières semaines.

> Plutôt que d'améliorer la vie de la population de Gaza, le Hamas utilise la population civile palestinienne comme bouclier humain dans sa guerre terroriste incessante contre Israël.

> Pour sa part, le président Abbas n'a fait qu'aggraver la situation humanitaire à Gaza en réduisant les paiements de salaires et en refusant de payer l'électricité fournie là-bas.

> Alors qu'Israël continuera à se défendre et à protéger la sécurité de ses citoyens, Israël continuera aussi à chercher des moyens d'améliorer la situation humanitaire à Gaza.

> Les habitants de Gaza ne sont pas nos ennemis. Le Hamas l'est.

> C'est pourquoi Israël salue tous les efforts qui pourraient améliorer la situation de la population de Gaza tout en empêchant le Hamas de renforcer ses capacités militaires pour lancer de nouvelles attaques contre Israël, et tout en exigeant le retour rapide des soldats et des civils israéliens détenus par le Hamas.

> Le Premier ministre Netanyahu a hâte de discuter de la question de Gaza avec Jared Kushner, Jason Greenblatt et David Friedman la semaine prochaine, et de discuter des moyens de faire progresser la paix entre Israéliens et Palestiniens et entre Israël et le monde arabe.

> Tandis que nous travaillons pour améliorer la vie quotidienne de la population de Gaza et pour récupérer nos soldats et nos civils, nous devons aussi travailler à tirer profit des nombreux changements positifs survenus dans la région pour faire avancer une paix véritable et durable.

> Les Palestiniens qui nous menacent trouveront un Israël toujours déterminé à se défendre. Les Palestiniens qui nous tendent la main dans la paix et l'amitié trouveront une main tendue en échange.

 

 

 

 

 

Israël à Eurosatory

Concert d'ouverture du Festival des Cultures juives : Itamar Golan, Shlomo Mintz et Sonia Wieder-Atherton - l'excellence classique

>

>

> Retrouvez l'actualité de l'Ambassadeur d'Israël en France sur son compte Twitter

 

 

 

 

Société

 

 

 

A Jérusalem, les Israéliens applaudissent Miss Irak pour son courage

 

 

> La représentante de l’Irak au concours Miss Univers 2017 – dont la photo sur Instagram l’année dernière avec son homologue israélienne a contraint sa famille à fuir le pays du Moyen-Orient – a été applaudie et embrassée cette semaine par les acheteurs du marché emblématique de Jérusalem lors d’une visite exceptionnelle en Israël....Lire la suite

 

 

 

Volontaires français au service civique en Israël

 

> Cliquer sur l'image pour voir le reportage

>

> Les jeunes Français sont de plus en plus nombreux à effectuer des services civiques loin de la France. C'est le cas de Bénédicte Bourdier, une jeune infirmière de 23 ans originaire de Limoges, qui travaille dans une garderie s'occupant d'enfants atteints d'autisme à Tel-Aviv. Pendant son volontariat, elle est logée et reçoit un salaire de 513 euros mensuel, payé par l'État français. La mission dure un an. Malgré la barrière en langue, l'équipe pédagogique de la structure est très satisfaite de son travail. Bénédicte Bourdier pourra valoriser son expérience une fois de retour en France. ....Lire la suite

 

 

 

L'israélien SodaStream célèbre la fin du ramadan en semant des graines de paix

 

>

>

> Le leader mondial des machines à soda a organisé mercredi le plus grand dîner de « l'iftar » d'Israël. Les employés - arabes à 50 % - de son usine du Néguev ont envoyé des cerfs-volants pacifiques aux habitants de Gaza. ..Lire la suite

 

 

 

 

Innovation

 

 

 

BFM Business : Israël à la pointe de l'innovation médicale

 

Cliquer sur l'image pour voir la vidéo

>

> Depuis quelques années, Israël est devenu un centre mondial d'innovations et surtout d'innovations médicales. Cela concerne trois domaines : les appareils médicaux, la télémédecine et les données médicales. Des grands groupes comme Sanofi s'y sont notamment installés pour y conduire leurs recherches. Comment s'explique le dynamisme d'Israël en matière d'innovations médicales ? Quelles sont ces innovations ? Comment s'exportent les startups israéliennes dans ce domaine ? - Avec : Shimon Mercer-Wood, porte-parole de l'ambassade d'Israël en France. Et Jean-François Sulman, directeur France de Air Doctor. - Check-up Santé, du samedi 9 juin 2018, présenté par Fabien Guez, sur BFM Busines.....Lire la suite

 

 

 

Israël : le lac de Tibériade alimenté en eau de mer dessalée

 

 

>

> C'est une première pour le lac de Tibériade. La principale réserve d'eau douce d'Israël va être alimentée en eau de mer dessalée pour remonter son niveau après cinq années de sécheresse, a indiqué lundi 11 juin un responsable du ministère de l'Énergie. Un plan adopté dimanche par le gouvernement prévoit de déverser, d'ici à 2022, 100 millions de mètres cubes d'eau dessalée chaque année, a précisé Yechezkel Lifshitz, directeur adjoint de ce ministère......Lire la suite

 

 

 

 

Culture

 

 

 

Saisons croisées France-Israël : Rencontre avec Yaron Herman, pianiste de jazz

>

Cliquer sur l'image pour voir la vidéo

>

> Coup d’envoi des saisons croisées franco-israëliennes qui se déroulent de juin à novembre ! 400 événements culturels et scientifiques ont lieu en France et en Israël. A l’occasion de ces échanges, Yaron Herman, pianiste de jazz franco-israélien est avec nous. Son prochain concert : au Trianon le 25 juin à 19 h 30 où il a "carte blanche".

 

 

 

Agenda

 

 

 

Le cabaret de Hanoch Levin - Paris - 18 juin 2018

>

« Le rire, c’est le clou de la conscience ! »

> / Dario Fo acteur et dramaturge italien /

Comédiens : Paula Brunet-Sancho, Brigitte Guedj, Jando Graziani

> Thèmes des chansons : Benoit Urbain

>

> L'humour décapant, jubilatoire de Hanoch Levin continue de travailler presque vingt ans après sa mort la conscience, non seulement des citoyens de son pays, Israël, mais aussi la nôtre car son humour est universel et intemporel. En effet, les thèmes abordés jusqu’à l’absurde à travers le quotidien des personnages comme le pouvoir, l’autorité, l’éducation, les traditions familiales, concernent l’Homme et la Femme avec un grand H et un grand F. Comment ne pas nous reconnaître dans le miroir, terrible et drôle, que nous tend cet auteur à la voix si puissante et si humaine ?

>

> Nous transformerons un mari en une épouse, un ministre en une ministre, un père en une mère... Nous, nous régalerons à lire des monologues, scènes à deux, à trois et à chanter a capella quelques unes des nombreuses chansons écrites spécialement pour ces Cabarets...Lire la suite

 

 

 

Regards sur le cinéma israélien - Marseille- 13 au 26 juin 2018

Le festival Regard sur le cinéma israélien propose un large panel des films et documentaires israéliens. C’est résolument vers le présent et l’avenir de la création cinématographique de ce pays que le festival Regards reste tourné.

> Neta Riskin est l'invitée d’honneur du festival.

>  Les Films

> Le dossier Mona Lina, d'Eran Riklis

> Le kibboutz idéal, de Denis Khalifa

> Les destinées d’Asher, de Matan Yair

> The Cakemaker, de Ofir Raul Graizer

> Testament, de Amichaï Greenberg

> Kidon, de Emmanuel Naccache

> Vierges, avec Keren Ben Rafael

> Information, réservation, programmation, lieux : https://www.facebook.com/regards.sur.le.cinema.israelien

 

 

Art : Zadosk Ben-David et Ori Gersht - Paris - 5 juin au 12 septembre 2018

 

Le musée de la Chasse et de la Nature participe à la Saison France-Israël 2018, en présentant les oeuvres de deux artistes israéliens.

Falling bird de l’artiste Ori Gersht s’inspire de la nature morte du peintre du XVIIIe siècle Jean Siméon Chardin, intitulée Un canard col-vert attaché à la muraille et une bigarade (collection du musée). Le film révèle un canard suspendu, fendant soudainement une surface noire miroitante, qui s’effondre dans son propre reflet. L’impact de l’oiseau qui pénètre la surface liquide ainsi que le déclenchement d’une formidable réaction en chaîne, évoque l’idée d’un désastre écologique. Ori Gersht explore les relations entre la photographie et la technologie.

Blackfield de Zadock Ben-David est une installation composée de centaines de fleurs de métal découpées et plantées dans une fine couche de sable. Provenant d’encyclopédies victoriennes du XIXe siècle, ces plantes composent une sorte d’immense toile de Jouy ou de Liberty en trois dimensions. Le travail de l’artiste joue avec la perception et la perspective, tandis qu’avers et revers de l’oeuvre questionnent la vie et la mort...Lire la suite

 

 

 

Concert : Orphaned Land -  Paris - 17 juin 2018

Pour la première fois au Point Ephémère et à l’occasion de la sortie de leur nouvel album Unsung Prophets And Dead Messiahs (janvier 2018 / Century Media Records), le Festival des Cultures Juives accueille le groupe Orphaned Land, pionnier du métal oriental qui fait partie des groupes les plus connus du genre. Influencé par le doom metal et le death metal, leur musique mélange des instruments et vocaux orientaux. Fidèles à leur vision œcuménique et pacifique, Orphaned Land propose une virée exaltante où les thèmes musicaux orientaux se marient aux riffs heavy avec une incroyable fluidité et créativité.

> Un voyage musical étonnant où la richesse mélodique et la profondeur des thèmes abordés créent un pont entre les cultures. Une expérience à vivre ! ....Lire la suite

 

 

 

La nature en partage -  Paris - 11 au 25 juin 2018

Cette image grandiose de la Nature figurant un Temple, dans la vision qu’en donne le pourtant très citadin Charles Baudelaire devrait nous rappeler à chaque instant, la « sacralité » de la terre, des arbres, des mers, des animaux qui l’habitent. Ce conditionnel en dit long…

Pour sa 14e édition aux couleurs de la Saison croisée France-Israël,, la Mairie du 3e, son maire Pierre Aidenbaum qui est le parrain de cette exposition, la D’AC et le KKL, qui en est le mécène, ont demandé à deux artistes de photographier la Nature telle qu’elle les inspire, en France et en Israël. Pas de cartes postales, de coucher de soleil, de dunes sauvages ou de feuillages flamboyants mais un regard personnel, unique, singulier, travaillé qui ressemblerait davantage à un parcours initiatique qu’à une promenade romantique. Ces deux artistes, la Française Anne Roncerel Tsoei et l’Israélien Fabien Serna Ostrowsky ne se connaissaient pas et ne devaient rien savoir du travail de l’autre. Ils avaient un format imposé : un carré de 40/40 et un thème : « La Nature en

> partage ».

> Ils se sont découverts par photos interposées…Le miracle a opéré ! ....Lire la suite

 

 

 

Carte blanche à Yaron Herman-Paris - 25 juin 2018

A l’occasion de la Saison croisée France – Israël, le Festival des Cultures Juives propose un concert exceptionnel et inédit, qui met à l’honneur la fine fleur de la scène Jazz israélienne et française sur la scène du Trianon.

Cette soirée clôt la 14e édition du Festival des Cultures Juives est ouvre la « Semaine du Jazz » israélien.

La soirée Tel Aviv / Paris va donc célébrer l’inventivité et l’immense talent des musiciens français et israéliens qui constitueront un plateau artistique unique, incroyable, époustouflant imaginé par le pianiste Yaron Herman. 

La rencontre exceptionnelle de dix brillants artistes, issus d’horizons musicaux multiples et réunis autour de ses compositions sera un moment formidable à vivre Ensemble, imaginé pour le Festival des Cultures Juives et la Semaine du Jazz israélien.

Yaron Herman est un magicien et sa recette, immanquable !....Lire la suite

 



Ajouté le 18/06/2018 par AMBASSADE ISRAEL - 0 réaction - Actualités
 
Déclaration du Premier ministre Benjamin Netanyahu suite à la déclaration du Président Trump concernant le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien
(Communiqué par le Conseiller Media du Premier ministre)
Le Premier ministre Netanyahu a délivré (mardi 8 mai 2018), le discours suivant :
"Israël soutient pleinement la décision courageuse du Président Trump de rejeter l'accord nucléaire désastreux avec le régime terroriste de Téhéran. Israël s'est opposé à cet accord nucléaire depuis le début car nous avons dit que plutôt que de barrer la route à l’Iran vers la bombe,
l'accord ouvrait en réalité la voie à un arsenal entier de bombes nucléaires, et ce en l'espace de quelques années seulement. La suppression des sanctions en vertu de l’accord a déjà produit des résultats désastreux. L'accord n'a pas éloigné la guerre, il l'a au contraire rapprochée. L'accord n'a pas réduit les agressions de l'Iran, mais il les a considérablement augmentées, et nous le voyons à travers l'ensemble du Moyen-Orient. Depuis l'accord, nous avons vu les agressions iraniennes se multiplier chaque jour – en Irak, au Liban, au Yemen, à Gaza, et surtout en Syrie, où l'Iran tente d'établir des bases militaires depuis lesquelles il pourrait attaquer Israël.
Malgré l'accord, le régime terroriste de Téhéran est en train de développer un potentiel de missiles balistiques, des missiles balistiques pour transporter des ogives nucléaires toujours plus loin, vers de nombreuses régions du monde.
Et comme nous l’avons révélé la semaine dernière, depuis l'accord, l'Iran a intensifié ses efforts pour dissimuler son programme secret d'armes nucléaires.
Donc si vous laissez tout cela inchangé, tous les ingrédients sont réunis pour conduire au désastre, un désastre pour notre région, un désastre pour la paix dans le monde.
C'est pourquoi Israël considère que le Président Trump a pris une décision historique, et c’est pourquoi Israël remercie le Président Trump pour son leadership courageux, son engagement à faire face au régime terroriste de Téhéran et son engagement à garantir que l'Iran n'obtienne jamais d'armes nucléaires, ni aujourd'hui, ni dans dix ans, ni jamais."
 

Tsahal a frappé des cibles iraniennes en Syrie
>
>  

L'Iran mène ses activités militaires de manière active au-delà de ses frontières, ce qui constitue non seulement une menace pour Israël, mais pour le Moyen-Orient dans son ensemble. Mercredi 9 mai 2018, les forces Al-Qods, les forces spéciales des Gardiens de la Révolution islamique en Iran, postées en Syrie ont tiré 20 roquettes vers les postes de Tsahal sur le plateau du Golan. Tsahal a intercepté quatre des roquettes, évitant ainsi tout dommage. C’est la première fois que les forces iraniennes ont tiré directement vers les troupes israéliennes.
> En riposte Tsahal a frappé plusieurs cibles en Syrie.

 

 

Rapport du Centre Meir-Amit concernant les évènements prévus à Gaza les 14 et 15 mai

 

Principaux points de la situation

La « Grande Marche pour le Retour », qui a commencé le 30 Mars 2018, devrait atteindre un point culminant à deux dates durant la semaine à venir et les jours suivants :

  • Le 14 mai, jour du transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem
  • Le 15 mai, jour durant lequel est commémoré la Nakba palestinienne.
  • Le 16 mai, sachant que le Ramadan est prévu de commencer à cette date (calendrier lunaire), le point culminant des événements, selon la perception du Hamas, est susceptible d’être un piratage informatique de masse à l’initiative des Palestiniens en Israël (notamment dans le cadre de l’exercice du « droit au retour »), suivi par une vague de violence à haute dose, et peut-être même d’attaques terroristes, au-delà de ce qui était connu jusqu’à présent.

 

Les déclarations du Hamas (dont le corps dominant est derrière les récents événements) et l’Autorité nationale du droit au retour (organisation qui organise ces derniers événements) indiquent que les Palestiniens cherchent à rassembler des centaines de milliers de manifestant se dirigeant vers la zone frontalière durant ces jours décisifs.

Ce vendredi (11 mai 2018) est déterminant pour les organisateurs qui traitent en ce moment plusieurs préparatifs et avertissements car cela doit servir de préparation à l’événement le plus large appelé « Marche du million pour le retour », qui se tiendra le 14 mai.

[1] Les organisateurs de « la Marche du Grand retour » appellent les Palestiniens de Cisjordanie, les Arabes israéliens et les Palestiniens des pays arabes à se joindre aux manifestations.
Des manifestations anti-israéliennes sont également prévues dans les pays occidentaux, y compris à Londres (manifestation devant l’ambassade d’Israël, le 11 mai 2018), à Athènes (manifestation devant Ambassade d’Israël, 15 mai 2018) et à Vienne (manifestation le 13 mai 2018).

Les habitants de la bande de Gaza, de la Judée et de la Samarie, de Jérusalem, les Arabes israéliens et ceux des camps de réfugiés sont également appelés à participer ce vendredi et à se préparer pour le pic des événements le 14 mai 2018.

(Page Facebook de la Grande Marche du Retour, 7 mai 2018)

 

Yazir al-Sunnar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, a appelé les jeunes Palestiniens à mener des actions de protestation « à tout prix » en disant qu’ils préfèrent mourir en martyrs (chahid).

 

Selon notre estimation, le Hamas et les autres organisateurs tiennent compte du fait qu’une incursion massive en Israël pourrait entraîner un grand nombre de morts et de blessés.

Cependant, de nombreuses pertes à notre avis n’auront aucun effet dissuasif, mais au contraire, sur le fond, médiatiseront le conflit irano-israélien et le départ d’un accord nucléaire des États-Unis qui pourrait être le prétexte à de nombreuses victimes, ce que le Hamas envisagerait volontiers, en particulier pour aider à sensibiliser sur la question palestinienne, trop marginalisée au niveau de l’opinion publique mondiale. Le Hamas mise donc sur le nombre de victimes et plusieurs blessés lors d’affrontements violents entre les forces de sécurité et les manifestants en Cisjordanie pouvant ainsi amplifier la résonance des événements et porter la question palestinienne à la Une des manchettes.

 

Préparation, logistique et développement de tactiques de combat

Sur le plan logistique et tactique, les préparatifs sont en cours pour le 14 mai.
Le principal défi auquel est confronté le Hamas (et les organisateurs de la Marche) est de savoir comment mobiliser les masses pour qu’elles se rendent jusqu’à la barrière. À cette fin, ils prévoient d’utiliser des affiches dans les mosquées et les rues de la ville, à compter du 13 mai. Il y a aussi des préparatifs logistiques, tels que la préparation des hôpitaux pour  la réception des blessés et l’organisation du transport vers les sites de rassemblement. En même temps, sont examinées diverses tactiques de conflit, telles que la rupture des cortèges à de nombreux endroits permettant de dévier l’armée israélienne en utilisant des bulldozers pour enlever la barrière et en la brisant pour créer un flux massif de terroristes s’infiltrant en Israël, vers des lieux de rassemblement actuellement en préparation, d’où ils seront en mesure d’agir sur le sol israélien.

 

Le 7 mai 2018, les organisateurs de la « Grande Marche du Retour » ont publié une page Facebook demandant aux internautes de faire des suggestions sur la nature des événements « avant le passage et après avoir traversé la clôture ».
Parmi les propositions soulevées par les utilisateurs mentionnés :

  • se regrouper à un endroit de telle sorte que l’armée israélienne sera obligée de se disperser au-delà de la clôture (jusqu’à présent plutôt concentrée sur cinq/six emplacements seulement les derniers vendredis),
  • fournir des barils d’eau et des seaux pour faire face à des gaz lacrymogènes, ainsi que fournir des sacs de sable, organiser la concentration de masse éventuellement en se les passant jusque sur le territoire israélien,
  • préparer des panneaux soulignant la résolution 194 de l’ONU [concernant les Palestiniens] et légitimant ainsi leur franchissement de la barrière
  • utiliser des voitures, des ânes, des chevaux et plus encore (Page Facebook de la Grande Marche du Retour, 7 mai 2018).

 

Les annonces pour encourager les participants à la marche lors de la « Journée de la Nakba » commenceront dans l’après-midi du 13 mai et dureront jusqu’au lundi matin.

Lundi, les masses retourneront dans les camps installés à quelques centaines de mètres près de la clôture pour commencer à marcher vers la barrière de sécurité afin de la traverser (Al-Qods Al-Arabi, le 9 mai 2018).
Dans le cadre des préparatifs, l’Autorité nationale suprême a établi la Marche du Grand Retour à partir du camp à l’est de la ville de Gaza en tant que « principale tente de retour mondiale » (Télévision Al-Aqsa, 8 mai 2018).

 

Comme déjà mentionné ci-dessus, Yahya al-Sunnar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, est personnellement impliqué dans les préparatifs. Il a tenu une réunion préparatoire pour l’organisation de la soi-disant “Marche du Million” avec des représentants de diverses organisations, des activistes de la “Marche du Retour” et de jeunes Palestiniens de la bande de Gaza. De hauts responsables des médias ont assisté à la réunion (Filastin al-Yawm, 8 mai 2018). Lors de la réunion, il a appelé à une large participation aux prochains événements. Il a appelé les manifestants à exprimer leur colère à n’importe quel prix, en disant qu’ils préféreront mourir en martyrs, ou mourir de faim et de dignité que de mourir humiliés (PALINFO, le 9 mai 2018). Il a également dit aux jeunes Palestiniens dans le cadre de ses paroles encourageantes qu’ « il avait peur de mourir dans son lit, et qu’il espérait mourir en martyr lors de la Marche du retour » (Sama Nouvelles, Faltodi, le 9 mai 2018).

 

PHOTOS
A gauche (Photo 3) : Yahya Snowar lors de la réunion préparatoire à Gaza (Site Internet du Hamas, 9 mai 2018).

 

À droite (Photo 2) : les jeunes Palestiniens qui ont pris part à une réunion avec Yahya al-Sanuar tenant des attrapeurs à la clôture, des pneus et un cerf-volant. Certains des participants blessés peuvent avoir été des manifestations précédentes (Page Facebook Shehab, 9 mai 2018)

Dans une interview donnée par Ahmed Abu-Haritha, porte-parole du “Gad’s Return March”.

Dans une interview avec le porte-parole de « la Marche du Grand Retour », il a été précisé qu’au cours de la dernière semaine avant la Nakba, les actions seront intensifiées avec un point culminant le 14 et le 15 mai. Lorsqu’on lui a demandé si le 15 mai les manifestants perceront la clôture de sécurité, il a évité de répondre, disant qu’aucune décision n’a été prise en vue d’enfreindre la clôture mais a cependant noté que la grande Marche du Retour ne disposait pas de « centre de décision » ordonné et que ce sont « les jeunes participants qui décideront » plutôt que les membres du comité des organisations qui ne garantissent pas que cela n’arrivera pas. Il a également noté que la violation de la clôture est un droit des réfugiés palestiniens, car “ils retourneront chez eux un jour” (Télévision Al-Aqsa, 8 mai 2018).

 

PHOTO (Photo 4&5)
Une réunion de la faction étudiante du FPLP sur la « résistance populaire » dans le cadre de la préparation à la « marche du million » (page Facebook «Marche du Grand Retour », le 8 mai 2018)

L’un des internautes du forum du Hamas a publié des “instructions opérationnelles” pour la Journée de la Nakba à l’intention de ceux qui avaient l’intention d’entrer en Israël dont voici quelques lignes directrices (Forum du Hamas, 9 mai 2018) :

  • Préparer un sac à dos avec des dates et une bouteille d’eau, un cutter (pour couper la barrière), un bandage et un désinfectant.
  • La clôture sera violée à plus d’un endroit et loin des cinq centres de manifestations dans la bande de Gaza afin d’épuiser Tsahal.
  • La carte d’Israël doit être apprise à l’avance et peut être faite via Internet. Vous devez définir un endroit spécifique sur la carte [à laquelle vous avez l’intention d’arriver] et répétez les instructions. Il est également nécessaire d’étudier l’utilisation d’armes avec des armes, en particulier les fusils M-16.
  • Soyez prudent avec le mouvement dans les espaces ouverts. Déplacez-vous prudemment près des clôtures ou des structures.
  • La recommandation est d’essayer de se déplacer dans un groupe d’au moins trois personnes.
  • Ne portez pas de téléphone portable, portez plutôt un briquet et une petite lampe de poche.
  • Méfiez-vous des chiens policiers et sachez que pour les aveugler, il faut leur lancer du sable au visage
  • Faites attention aux caméras et essayez de les saboter ou de les déraciner.

Page Facebook en message publié (9 mai 2018), répondant à des utilisateurs sur ce [qui va se passer] après les 14 et 15 mai ainsi qu’aux questions soulevées en naviguant sur ce qu’il faut faire et vers où devraient se tourner les Palestiniens qui sont entrés en Israël dans le cadre des événements du « Jour de la Nakba ».

 

Voici quelques suggestions et réponses données par les utilisateurs sur la page Facebook (page Facebook de la « Grande Marche du Retour », 9 mai 2018):

  • Des bulldozers doivent être fournis afin de retirer la clôture entre Israël et la bande de Gaza et de préparer les routes pour les manifestants.
  • Il est possible de rester en territoire israélien et dans les postes de Tsahal sans les saboter.
  • Établir des points de concentration à l’intérieur du territoire israélien près de la barrière et ne pas retourner dans la bande de Gaza.
  • Augmenter les relations publiques dans les médias afin que les Palestiniens à Jérusalem et en Cisjordanie arrivent les 14 et 15 mai aux points de friction avec Israël pour défendre le droit au retour.

 

Déclarations de militants du Hamas et d’autres organisations impliquées dans la marche

 

Voici quelques déclarations faites par des responsables du Hamas et des porte-parole et d’autres organisations impliquées dans l’organisation de la marche:

  • Abd al-Latif Alkanoa, un porte-parole du Hamas, a déclaré que la moitié du mois de mai est prévue pour préparer une énorme marche sans précédent : « un jour décisif dans l’histoire du peuple palestinien » (compte Twitter Abd al-Latif Alkanoa, le 7 mai 2018).
  • Ismail Radwan, membre du Hamas et de l’Autorité nationale suprême de la Marche du Retour qui a appelé à une mobilisation générale et à une agression de masse le 14 mai, afin de souligner l’opposition des Palestiniens à transférer l’ambassade américaine à Jérusalem, a-t-il dit. Le 14 mai sera une journée « inédite » dans le conflit avec Israël (Al-Aqsa TV, 8 mai 2018).
  • Ahmad Meddal, haut responsable du Jihad islamique palestinien, a fait l’éloge des jeunes palestiniens dans la bande de Gaza et a appelé à des marches similaires en Judée-Samarie et en Israël. Il a également appelé les Palestiniens de Judée et Samarie à une « ruée en masse vers les colonies » en inventant de nouvelles tactiques de combat contre eux, comme les cerfs-volants dans la bande de Gaza (TV Al-Aqsa, le 5 mai 2018).
  • Issam Hamad, membre du comité juridique de la Marche du retour, a déclaré que ce vendredi 11 mai 2018 serait l’ouverture de la « semaine spéciale ». En effet, les Palestiniens se rassemblent pour s’opposer au transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem le 15 mai et pour protester contre 1948. Il a également ajouté que ce jour-là, la poursuite de la « Grande Marche du Retour » serait annoncée (Al-Madin, 4 mai 2018).

 

Appel à des événements de solidarité en Judée-Samarie et dans d’autres domaines

Les organisateurs de la « Grande Marche du Retour » tentent également d’appeler les Palestiniens de Judée et Samarie, ainsi que les Arabes israéliens, à participer aux événements de la marche.
Dans ce contexte, ils ont appelé tous les Palestiniens, y compris les résidents des camps de réfugiés, à participer aux activités de vendredi prochain (“vendredi de préparation et d’alerte”).
En outre, ils ont appelé à un événement plus large le 14 mai, le jour du transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem (Page Facebook de la Grande Marche de mai 2018).

Mohammad Alian, président du Comité national pour le retour a tenu une conférence de presse à Ramallah, pour faire le point sur les activités prévues avant la « Journée de la Nakba. »
Il a annoncé que la procession centrale prévue le 14 mai 2018 à Ramallah portera en même temps sur les protestations en vue de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem.
En outre, il y aura des marches supplémentaires aux points de friction en Judée et en Samarie. Dans les écoles, des leçons seront consacrées à ce sujet, et le sermon du vendredi portera sur la Journée de la Nakba.
(Agence de presse Ma’an, 9 mai 2018).

 

Appel aux Palestiniens des pays arabes à mener des actions parallèles à la Grande Marche du Retour

  • Hisham Abu Mahfouz, secrétaire général adjoint de l’organisation appelée « Congrès populaire des Palestiniens à l’étranger », a déclaré que les Palestiniens du Liban, de Syrie, de Jordanie et d’Europe mèneront des opérations parallèles le 15 mai (Safa Nouvelles Agence, le 8 mai 2018).
  • Khaled al-Batash, haut responsable du Jihad Islamique Palestinien, a déclaré que des tentes avaient été érigées dans plus de cinquante pays en solidarité avec les Palestiniens. En réponse aux événements en Syrie, il encourage le gouvernement de la Syrie et le Hezbollah à répondre à « l’agression israélienne » et de permettre à tous les réfugiés palestiniens en Syrie et au Liban d’atteindre la Palestine en même temps que la « Marche du Grand Retour » (page Facebook De la grande marche du retour, 10 mai 2018).

Source Centre Meir Amit 

 
 


Ajouté le 17/05/2018 par Ambassade d'israel - 0 réaction - Actualités

Ce qu’il faut savoir sur les intentions du Hamas à Gaza

 

>

> La situation de tensions actuelles entre Gaza et Israël est le résultat de la politique du Hamas. Le Hamas utilise des millions d’euros pour parvenir à son but ultime, revendiqué publiquement, la destruction d'Israël. Les dirigeants islamistes du Hamas détourne l’aide financière des Gazaouis au lieu de l’investir dans le bien-être de ses citoyens.

> Cette campagne d'affrontement coûte plus de 10 millions de dollars. Comment le Hamas la finance-t-elle alors que l'Autorité Palestinienne, cette année et plus encore depuis la tentative d’assassinat du 1er Ministre palestinien le mois dernier, n'a cessé d'imposer des restrictions économiques et financières sur Gaza.

> Le Hamas est une organisation terroriste pour l’UE et la France.

> Le Hamas est une organisation terroriste dont le but déclaré est de détruire Israel. Il a été désigné et reconnu comme entité terroriste par les USA, l'UE ou le Canada.

> Le Hamas utilise des civils israéliens comme cibles légitimes de tirs de roquettes, d'attaques suicides, d'infiltrations et d'assassinats, en plaçant des engins explosifs et en construisant des tunnels terroristes en territoire israélien. Depuis le 30 mars 2018, plusieurs infiltrations ont été déjouées jusque sur le sol israélien; élevant le nombre de blessés et morts israéliens ces dernières années.

>

> Pour le Hamas, « Israël existera jusqu'à ce que l'Islam l'efface »

> La charte de 1988 du Hamas reste chargée d’une rhétorique antisémite et génocidaire. Dans cette charte, le Hamas déclare : "Israël existera jusqu'à ce que l'Islam l'efface; [le] Jour du jugement ... les Juifs se cacheront derrière des rochers et des arbres, et les rochers et les arbres crieront: ‘O musulman, il y a un Juif se cachant derrière moi, viens le tuer’".

>

> 11 000 roquettes lancées sur Israël.

> Depuis le désengagement d’Israël de la bande de Gaza en 2005, le Hamas a tiré plus de 11.000 roquettes et mortiers sur des villes israéliennes. L'organisation islamiste est financée et armée par le régime iranien, et dépense cet argent pour renforcer ses activités militaires et terroristes plutôt que pour le bien-être de la population résidant dans la bande de Gaza.

> La complexité de la situation à Gaza inclut la menace existante du Hamas, les aides humanitaires et les multiples détournements dont elle fait l’objet. En juin 2007, le Hamas a mené une offensive sanglante contre le Fatah (mouvement palestinien présidé par Mahmoud Abbas) devenant ainsi le seul pouvoir dirigeant à Gaza.

> Le leader islamiste du Hamas, Yahya Sinwar, a participé à la manifestation du vendredi 30 mars 2018 à la frontière entre Gaza et Israël, et a déclaré "La marche du retour se poursuivra"…"Cela ne s'arrêtera pas tant que nous n'aurons pas retiré cette frontière transitoire [entre la bande de Gaza et Israël]". Il a aussi déclaré : « S'ils ont faim, les habitants de la bande de Gaza "mangeront le foie de ceux qui assiègent" ».

> Le but du Hamas -  clair et inchangé - a toujours pour seul objectif la destruction de l’Etat d’Israël.

> Le Hamas appelle à faire disparaître la frontière israélienne

> Le chef du Bureau Politique du Hamas, Ismail Haniyeh, a déclaré : "Vendredi dernier, nous nous sommes arrêtés à la frontière, la prochaine fois nous ne saurons pas où la frontière se trouvera".

> Israël, une réponse défensive.

> La barrière de sécurité entre Israël et la bande de Gaza sépare un Etat souverain et une organisation terroriste. Cette barrière sépare un pays qui protège ses citoyens de meurtriers qui mettent leur population en danger.

> L’armée israélienne utilise la force pour se défendre, d'une manière précise et proportionnée face au Hamas, une organisation qui, depuis des années, n’a eu d’autres intentions que de nuire à la vie des millions d'Israéliens et à sanctifier le meurtre, le suicide et la mort.

> L'engagement du Hamas sur le chemin de la terreur se retrouve dans les discours de ses dirigeants actuels et passés qui incitent aujourd’hui encore à tuer et kidnapper des civils israéliens ainsi que dans la Charte du Hamas.

> Quiconque voit dans ce spectacle meurtrier un iota de liberté d'expression est aveugle aux menaces qui pèsent sur l'Etat d'Israël.

> Au cours des deux dernières semaines, il y a eu une multiplication des attaques terroristes contre Israël, soutenues et encouragées par les dirigeants palestiniens.

> Israël est en droit de défendre ses frontières et d'empêcher toute infiltration dans son territoire souverain.

> Ce qui se passe à la frontière avec la bande de Gaza n'est pas une manifestation.

> C'est une émeute organisée, utilisée comme plate-forme pour mener des attaques terroristes et lancer une attaque massive contre la barrière frontalière et pousser à la violation de celle-ci. Aucun autre État souverain ne le permettrait.

> Le Hamas prévoit un deuxième tour de violence ce vendredi, 6 avril. Ses réseaux sociaux appellent les activistes à préparer des cocktails Molotov et à collecter des pneus pour les brûler sur place. Ils appellent également à tirer sur les soldats de l'armée israélienne, en plus de l'encouragement des foules à se ruer vers la barrière lors de l'émeute.

>

> Dans le cas de Gaza, les responsables des émeutes envoient des personnes pour provoquer intentionnellement un affrontement avec Israël. Les citoyens de Gaza, au lieu de brûler des pneus le long de la clôture, devraient le faire devant les bureaux du Hamas, et demander à ce que leur gouvernement leurs fournissent des infrastructures dans les domaines médicaux et de l’Education, au lieu de construire des tunnels terroristes et des roquettes.

 

>  

> Préparation de cocktails Molotov       préparations d’actions violentes

>

> Le Hamas utilise des civils comme boucliers humains

> Les organisations terroristes font un usage cynique des femmes et des enfants, qui sont délibérément envoyés vers la barrière dans le seul but d'être blessés et de servir de bouclier humain. Vendredi 30 mars, lors de la confrontation le long de la frontière, une fillette de 7 ans a été envoyée vers la barrière de sécurité par le Hamas. Après s'être rendue compte de la présence d’une enfant, les soldats israéliens se sont assurés qu'elle retourne en sécurité auprès de ses parents (source Tsahal).

> Ci-dessous, une photo datant du 30 mars 2018, tirée de Facebooklive et montrant un enfant de Gaza, habillé en uniforme militaire et portant une arme factice.

>

> Enfant                          Les chefs du Hamas lors ses émeutes portant un enfant

>

> Le Hamas utilise les enfants comme couverture pour ses tentatives d'attaques terroristes, notamment en plaçant des engins explosifs improvisés sur la barrière et en lançant des roquettes.

> 10 personnes déclarées comme tuées lors de la tentative de prise de contrôle de la frontière sont des membres d'organisations terroristes cachés au milieu des civils.

>

>

> Israël est en droit de protéger sa frontière.

> Les soldats de l'armée israélienne ne tirent pas injustement, mais ciblent les terroristes et toutes personnes faisant preuve de violence. L'unique intérêt d'Israël est de protéger ses frontières et ses citoyens.

> Aucun pays ne reculerait face à la menace d'une violation de ses frontières par une organisation terroriste.

 



Ajouté le 08/04/2018 par Ambassade d'Israel - 0 réaction - Actualités

 

 

FIGAROVOX/CHRONIQUE - Alors que vendredi 30 mars, 17 manifestants ont été tués à Gaza par des tirs de l'armée israélienne, Gilles-William Goldnadel conteste la version des faits présentée par de nombreux journalistes français.


Gilles-William Goldnadel est avocat et essayiste. Il est président de l'association France-Israël. Toutes les semaines, il décrypte l'actualité pour FigaroVox.


«La Shoah des Palestiniens», tel était le titre plein de nuances d'un article publié dimanche sur le site de Médiapart, pour évoquer les 17 Palestiniens tués par l'armée israélienne vendredi dernier.*

On peut cependant considérer, au-delà de l'événement à commenter, que ce titre d'un blog est également en parfaite cohérence avec la pensée du fondateur du site, Edwy Plenel, qui aura passé une bonne partie de sa longue carrière à tenter de persuader son lectorat nombreux que les musulmans étaient les nouveaux juifs souffrants. Quand bien même certains des premiers s'acharnent à faire souffrir les seconds. Y compris en France, la semaine dernière, à l'égard d'une survivante de cette Shoah qui tourmente tant M. Plenel qu'il la voit partout, sauf là où elle se trouve.

Toujours est-il que la Shoah rend fou, et entraîne aussi dans la démence la question israélo-palestinienne, parce qu'elle touche mortellement à la question juive.

C'est dans ce cadre littéralement hystérique et irrationnel que nous devons appréhender, dans toutes les acceptions du terme, les récents événements de Gaza.

Comme si cela ne suffisait pas, il s'agit d'une histoire de foule, et dans foule, il y a fou.

Et je prétends, à longueur d'articles, que le monde médiatique électronique se conduit désormais comme une foule hystérique.

Trois jours cependant après les faits sanglants et leurs commentaires meurtriers, il est désormais temps de pouvoir se livrer à une autopsie sommaire d'un mensonge planétaire.

D'abord le mensonge. Certains médias ont accueilli, davantage sans doute par réflexe pavlovien que par réflexion malintentionnée, le récit arabe palestinien. C'est ainsi, par exemple, que dès le samedi matin, la correspondante de France Inter prétendait que la marche de Gazaouis décidés à franchir la frontière avec Israël pour faire valoir leur droit au retour émanait de «la société civile»…

De la même manière, le nombre des blessés (plus d'un millier) jeté en pâture par les autorités de Gaza était reproduit sans la moindre distance.

Si mensonge il n'y avait pas, il conviendrait effectivement de s'interroger sur le comportement de l'armée israélienne et de se demander sérieusement si ses soldats n'auraient pas eu «la gâchette trop facile», nonobstant le fait que Tsahal avait averti à l'avance qu'elle ne tolérerait pas le franchissement d'une frontière indiscutable depuis que le pays a décidé de se retirer unilatéralement de Gaza, avec les effets que l'on sait sur le comportement du nouvel occupant islamiste.

Mais s'interroger sur la légitimité d'une frontière et le droit de la défendre est une question cruellement ingrate dans un environnement européen délétère où la notion de frontière et de droits nationaux touche à l'obscénité, du moins lorsqu'il s'agit d'un peuple occidental.

On observera en effet que lorsqu'il s'agit d'une population orientale, l'esprit occidental gauchisé par le temps se fait bien moins critique. C'est ainsi par exemple que chaque centimètre carré du territoire palestinien est mesuré, et que dans le cadre d'un État arabe de Palestine à créer, les mêmes qui poussent des cris d'orfraie à l'idée qu'un clandestin afghan soit expulsé du territoire français ne voient pas d'inconvénient majeur à voir chasser les «colons» juifs… de Judée.

Pas davantage, la revendication d'un droit au retour des descendants de ceux qui furent chassés ou qui préférèrent fuir en 1948, le temps que les armées arabes liquident la population juive, qui signifie la mort de l'État hébreu, ne semble inquiéter nos humanistes en chambre.

Mais déconstruisons à présent le mensonge, en l'espèce éhonté. L'article équilibré de Marc Henry dans Le Figaro y contribue factuellement.

L'idée qu'il existe une société civile à Gaza pouvant organiser de son plein gré quelque chose relève de la plaisanterie morbide. Gaza vit sous la dictature du Hamas islamiste, qui décide de tout, y compris de la vie et de la mort. La fameuse marche était soutenue et encadrée par lui.

Parmi les 17 morts, 11 faisaient partie des groupes armés du Hamas et du Jihad islamique, organisations considérées comme terroristes par l'Europe et les États-Unis, et dont on peut deviner les intentions pacifiques lorsqu'il se trouve à l'intérieur d'une foule qui a la prétention d'approcher ses ennemis jurés. Les autorités israéliennes ont publié les photographies de ces individus.

L'un des corps est conservé par l'armée qui refuse sa restitution, dans l'espoir de pouvoir l'échanger avec les dépouilles de soldats israéliens que le Hamas détient et souhaite troquer contre des détenus condamnés pour terrorisme.

Quant au millier de blessés, les autorités israéliennes les chiffrent en douzaine. On excusera mon insigne faiblesse de croire d'avantage un régime démocratique, même imparfait, soumis à la vigilance d'une presse acerbe, que les affirmations d'une dictature fanatique pourtant prises avec empressement pour argent comptant.

Le journal d'opposition post-sioniste Haaretz, très apprécié des contempteurs d'Israël , n'infirme pas ce qui précède, même s'il n'exclut pas d'inévitables bavures dans le chaud de l'affrontement.

Il est vrai qu'il n'y avait pas que des combattants parmi la foule. Il y avait aussi des civils, très jeunes. Comme tout mouvement terroriste qui se respecte, le Hamas se fait un devoir d'utiliser des boucliers humains. Lorsque le bouclier a dix ans, c'est bien. Lorsqu'il a dix mois, c'est mieux.

Curieusement, les mots «bouclier humain», qui existent lorsqu'il s'agit de la Syrie , n'existent pas dans le champ lexical journalistique, lorsqu'il s'agit des islamistes de Palestine, même lorsque ceux-ci installent leurs camps à proximité des écoles ou sous les hôpitaux.

La foule islamiste, qui ne poussait pas le pacifisme jusqu'à renoncer pour certains à l'usage des cocktails Molotov, des poignards et des haches, poussait aussi le refrain à thème. C'est ainsi que l'on a pu entendre cette fameuse mélopée scandée: «Khaibar, Khaibar ya yahud, jaish Muhammed sa- yahud» qui revient à avertir les juifs que le jour de leur décapitation par les bons croyants est proche, ainsi qu'il est arrivé aux juifs de peu de foi de Khaybar, réticents au discours du prophète.

Je tiens à la disposition des sceptiques les documents sonores et visuels, mais je sais bien que celui qui ose critiquer la sainte colère d'une foule d'Orient mérite la lapidation par les idiots utiles hystériques. C'est ainsi, entre mille exemples, que lors de ce printemps arabe dont il était hors de saison de questionner la douceur, les multiples viols de Cairotes commis par les manifestants électrisés de la place Tahrir connurent la même discrète destinée que les pauvres filles de Telford violentées par des musulmans du Pakistan.

C'est dans ce cadre rien moins que simple que la gauche française s'est encore illustrée par son simplisme sublime.

Ainsi, Olivier Faure, président très frais d'un Parti Socialiste refroidi, ne craint pas, en cette période pascale et nonobstant sa citoyenne laïcité, de puiser dans le registre religieux. Très inspiré par le moment, il compara la marche du Hamas à l'ouverture de la mer Rouge par Moïse. Puisse l'éternel, avec le temps, lui pardonner.

Mais à n'en pas douter, ce furent encore les éléments de Mélenchon qui, dans leur désir obstiné de complaire aux cités insoumises du côté de la Plaine-Saint-Denis ou dans les contreforts de Créteil, ainsi que Malik Boutih le déplorait encore lucidement au micro de RMC, se sont illustrés le plus ardemment avec leurs pieds.

Allez savoir, si dans leur sombre inconscient, il ne voulait pas se faire pardonner d'avoir tenté de rendre hommage à une vieille dame suppliciée.

Il sera en effet acté dans le petit livre rouge et vert de l'islamo-gauchisme que ceux qui n'auront pas, en cinq ans, bougé un orteil pour les 500 000 victimes innocentes de Syrie ou les centaines de manifestants démocrates fusillés en pleine rue par le régime communiste de Maduro se seront déplacés pour venir soutenir au moins indirectement les islamistes radicaux de Gaza.

Il est des chiffres qui donnent le tournis.

Je n'écrirai pas que la question juive rend fou, il serait capable de vouloir m'enfermer.

* Ce texte a été depuis supprimé de la plateforme.

Gilles William GOLDNADEL

 



Ajouté le 04/04/2018 par Gilles William Goldnadel - 0 réaction - Actualités

                                 France-Israel Alliance Général Koenig, s'associe 

 

à toutes les Associations qui appellent à une marche blanche en sa mémoire et en soutien à sa famille.

 

                                 Soyons nombreux, mercredi 28 mars 18H30 Place de la Nation.            

 

 

 

                            

 



Ajouté le 27/03/2018 par Crif - 0 réaction - Actualités

1 2 3 4   Page suivante