Sauver la Mer Morte

Le Ministre israélien de la coopération régionale Ayoob Kara a conduit une délégation israélienne à la conférence sur la sécurité des approvisionnements en eau, organisée par EcoPeace Middle East avec l’aide de l’agence suédoise de développement, qui s’est tenue sur la rive jordanienne de la Mer Morte sous la présidence du Ministre jordanien de l’eau et de l’irrigation, le Dr El Nasser. Plusieurs maires, un membre de la Knesset et des représentants de la Compagnie nationale des eaux faisaient partie de la délégation.

 

Le Ministre Kara a rappelé que récemment, Israël et l’AP, avec l’aide des Jordaniens, ont rédigé un accord sur le partage des ressources en eau mais que les Palestiniens retardaient sa signature, lésant ainsi leur population. Il a aussi noté que la Jordanie et Israël collaboraient dans de nombreux domaines, pour le plus grand bien des deux populations. Israël et la Jordanie ont de nombreux intérêts en commun et font face aux mêmes défis, et le meilleur moyen d’y répondre est de prendre des décisions ensemble.

 

Le Ministre Kara et le représentant suédois ont discuté la tenue à Stockholm d’une conférence globale sur l’eau à laquelle participeraient les pays arabes.

 

Cette conférence en Jordanie avait été précédée, le 22 novembre 2016, une cérémonie d’inauguration, tenue au Centre des visiteurs du Parc national de Massada, du Centre de recherche pour la Mer Morte dans lequel travailleront ensemble des scientifiques israéliens, jordaniens et palestiniens sur les moyens de la réhabiliter ainsi que toute la zone qui l’entoure, sur ses deux rives. L’institut a été créé sous les auspices du Ministère de la Coopération Internationale qui y a déjà investi 1 million d’EURO. Les autres partenaires de l’Institut sont le Conseil régional de Tamar, l’Université de Tel-Aviv, le KKL et la Haute autorité des Réserves naturelles et parcs nationaux.

 

Le rôle de cet Institut sera de coordonner les travaux de recherche effectués dans 4 centres répartis en Israël et en Jordanie, travaillant dans la région de l’Arava et de la Vallée du Jourdain, pour le bien-être de ses riverains. Il fixera les priorités et travaillera pour sensibiliser les populations sur l’importance de ce projet.

 

Il a aussi pour objectif de développer l’enseignement des diverses disciplines associées à la Mer Morte et de servir comme centre régional pour chercheurs et étudiants. Les études menées par l’Institut seront axées essentiellement sur des domaines tels que le climat, les questions de santé liées à l’environnement, la flore, la faune, l’environnement et les écosystèmes, la géologie, l’archéologie et le patrimoine de la Mer Morte. Elles y associeront des études sur les ressources naturelles, l’impact sur l’environnement, la gestion du bassin associant les communautés qui bordent la Mer Morte, la coopération internationale-régionale et les bio et nanotechnologies.

 

Le Ministre israélien de la coopération régionale Ayoob Kara y a affirmé que les Israéliens, Jordaniens et Palestiniens vont collaborer pour sauver la Mer Morte. Il a ajouté :

« La Mer Morte que nous cherchons à préserver, est une source historique pour notre patrimoine commun, le tourisme et des matières premières utilisées dans le monde entier pour une technologie agricole avancée et pour la médecine. 

 

Mon ministère promeut et soutient plusieurs projets pour sensibiliser les populations sur la Mer Morte, en particulier pour les informer sur le projet de canal entre les deux mers (Morte et Rouge) qui, dans quelques années, fera remonter le niveau de la Mer Morte au rythme de plusieurs millions de mètres cubes d’eau par an et qui fournira en même temps de l’eau potable aux peuples de la région. 

 

Afin de prendre en compte les aspects culturels et historiques et en signe de coopération entre nous et nos voisins, je travaille avec les conseils régionaux des agglomérations qui longent la route 90 entre Jéricho et Eilat afin de renommer cette section de la route, connue dans l’antiquité comme la route des épices de la reine de Saba. »

 

 

 

________________________________________

IMRA - Independent Media Review and Analysis

 



Ajouté le 25/11/2016 par IMRA - traduction N. Lipszyc - 0 réaction Développement durable

Réagir


CAPTCHA