France-Israël-Alliance Général Kœnig est une organisation indépendante d’hommes et de femmes persuadés que l’amitié entre la France et Israël est un impératif d’ordre moral fondé sur des valeurs communes.

 

Ariel Amar, nouveau Pdt de l’Association France Israël : ” partager le meilleur des deux pays pour les rendre meilleurs”

 

Ariel Amar vient d’être nommé nouveau Président de l’Association France-Israël succédant à Maître Gilles-William Goldnadel.
Nous avons rencontré ce chaleureux et dynamique militant qui nous explique son parcours, les fondements de l’Association France-Israël et ses futurs projets.

Il souhaite “servir la communauté nationale et passer d’un engagement communautaire à un engagement citoyen” à travers ses nouvelles fonctions.

 

Nous lui présentons tous nos vœux de succès pour sa nouvelle fonction .

 

Monsieur Amar, vous êtes le nouveau Président de l’Association France-Israël, pouvez-vous nous parler de vous, de votre parcours  et de votre engagement.

“Je suis un homme engagé pour les causes et les valeurs que je considère fondamentales et qui donnent un sens à nos vies. Depuis mon adolescence, mon militantisme a pris naissance au sein des mouvements de jeunesse puis au sein de l’Union des Étudiants Juifs de France, puis au Conseil Représentatif des Institutions Juives de France où j’ai occupé rapidement des fonctions importantes au sein de l’exécutif.

Pharmacien de formation, je suis devenu il y a quelques années président de l’Association des Pharmaciens juifs de France. Dès lors, j’ai œuvré à ouvrir cette organisation à l’ensemble des Pharmaciens de France et son poids est devenu d’année en année de plus en plus important dans la profession.

Tous ces engagements m’ont fait prendre conscience de la nécessité de servir la communauté nationale et de passer d’un engagement communautaire à un engagement citoyen.

Et quel meilleur terrain d’accomplissement pour cela que l’Association France-Israël !

Aussi, je n’ai pas hésité lorsque l’Association France-Israël m’a proposé de prendre sa présidence.”

 

Pouvez-vous nous rappeler ce qu’est l’Association France-Israël, quelle est son histoire et sa mission ?

LAssociation France-Israël est née le 23 décembre 1925 sous le haut patronage du président de la République de l’époque Monsieur Gaston Doumergue, bien avant la création de l’Etat d’Israël, son nom d’origine était d’ailleurs Association France Palestine.

Elle avait à l’origine pour but de faire connaitre les droits imprescriptibles de la nation juive sur son foyer national. C’est une idée très importante, démontrée notamment par Theodor Herzl, qui doit être rappelée fortement aujourd’hui : l’idée d’Israël n’est pas née après la Shoah mais bien avant avec les aspirations nationales à la fin du 19ème siècle. L’Association France-Israël a réalisé au cours de son histoire une synthèse exceptionnelle entre la résistance et le gaullisme à travers la figure du Maréchal Koenig. Compagnon de la Libération, c’est en 1941 lors de sa visite de la Palestine que naît son amitié pour Israël. Enfin France-Israël est une association non-confessionnelle, qui regroupe des personnalités de toutes tendances politiques républicaines, religieuses et philosophiques.

Son rôle est de soutenir des projets économiques, sociaux, culturels propres à rapprocher les sociétés civiles française et israélienne. L’Association a vocation à être l’un des partenaires clés de l’amitié entre ces deux nations qui ont beaucoup de points communs et disposent d’ores et déjà de nombreux partenariats et liens croisés.

Aujourd’hui, France Israël dispose d’une trentaine de sections en province et compte dans ses instances dirigeantes de nombreuses personnalités de la classe politique et de la société civile.”

 

En tant que nouveau Président, quelle est votre vision pour l’avenir ? Avez-vous des projets ?

“Nous vivons un formidable moment pour les relations franco-israéliennes alors que vient de débuter l’année croisée entre la France et Israël.

Beaucoup de choses ont déjà été entreprises sur les plans culturels, économiques et artistiques notamment pour mieux faire connaître Israël en France. Mais j’ai la conviction que l’on peut faire encore plus en orientant notre communication le plus possible vers les sociétés civiles de nos deux pays. Ce sont eux les véritables acteurs de l’amitié du quotidien.

On ne décrète pas un jour en se réveillant que l’on est amis. On le devient parce que l’on partage des émotions, des idées, des valeurs, des souvenirs, des histoires.

Nous allons donc nous atteler à renforcer encore les liens d’amitié entre la France et Israël, convaincus que l’amitié repose sur une meilleure connaissance de l’autre. L’association soutiendra tous les projets culturels, économiques et artistiques notamment visant au renforcement des liens entre nos deux nations. Dès cette année, nous lancerons une série d’initiatives favorisant la connaissance mutuelle entre les sociétés civiles par l’organisation de colloques, événements de networking et voyages Il s’agira ainsi de dépassionner la relation et de la normaliser pour établir des actions et partenariats dans tous les domaines: artistique, culturel, scientifique, recherche, agriculture, innovation  etc.

En outre, bien conscient que le digital est devenu incontournable, nous renforcerons notre présence sur Internet et sur les réseaux sociaux. Nous utiliserons notamment ces canaux pour communiquer des éléments factuels sur Israël et ainsi tenter de gommer l’image négative produite par une méconnaissance de la réalité des relations bilatérales.

France Israël aura ainsi à cœur de partager le meilleur des deux pays pour les rendre meilleurs : socialement, économiquement, culturellement et politiquement.”



Ajouté le 20/07/2018 par france israel - 0 réaction - Actualités

Israël: le pays où coulent le lait, le miel… et le whisky

La distillerie Milk & Honey est la première fabrique de whisky de l'Etat hébreu
Ran Biran
 

Tout est parti d’un rêve. Celui de cinq amis venus du monde des startups et de l'entreprenariat avec une idée bien précise: fonder une fabrique de whisky. Et pas n’importe laquelle: la première d’Israël !

Tout, absolument tout, est alors à créer. En 2012, le projet commence avec des travaux conséquents. C’est dans une ancienne usine à pain, située dans une zone industrielle du sud de Tel Aviv, que la distillerie Milk & Honey sera construite.

 

 

"Nous avons dû faire venir certaines machines de l’étranger, notamment d’Irlande, car elles n’existaient pas en Israël. Les cuves, qui peuvent contenir plusieurs milliers de litres de liquide, ont elles été commandées sur mesure, à des entreprises israéliennes", raconte Gal, en charge du centre des visiteurs. "Pour nous, il était important que des artisans locaux fassent partie de l’histoire de la première distillerie de whisky du pays", précise la jeune femme à i24NEWS.

 

Dor Avrahami Avant d'être mis en bouteille, le whisky Milk & Honey est conservé dans la distillerie de Tel Aviv
Dor Avrahami

 

"Au départ, nous avons commencé petit, mais avec un impératif: utiliser uniquement des matières premières de très haute qualité", confie Eitan Attir, l’actuel PDG de Milk & Honey.

"Nous avons choisi Tel Aviv car c’est une ville tournée vers la nouveauté, les nouvelles technologies, la gastronomie… mais pas seulement", raconte le directeur de la distillerie israélienne. "Le climat local, chaud et humide, accélère le processus de fabrication du whisky, qui devient 3 à 4 fois plus rapide", précise-t-il.

Un processus bien rodé

Si seuls trois ingrédients de base - une céréale, de la levure et une grande quantité d’eau - sont nécessaires à la fabrication du whisky, il faut également beaucoup de savoir-faire pour créer un produit de qualité.

Dans la distillerie Milk & Honey, six ouvriers ont été affectés à la production du premier whisky de l’Etat hébreu. A leur tête, le chef distillateur Tomer Goren, qui a fait ses classes en Ecosse.

Dans l’impressionnante fabrique israélienne, les employés s’affairent devant le groupe de visiteurs qui est venu découvrir l’entreprise.

 

Dor Avrahami L'une des cuves où est préparé le whisky israélien Milk & Honey
Dor Avrahami

 

"Je ne suis pas particulièrement fan de whisky, mais je suis curieuse", confie Aya, une quadragénaire qui habite Tel Aviv. "J’ai appris beaucoup de choses aujourd’hui car je ne connaissais rien sur le processus de fabrication de cet alcool", précise l’Israélienne.

"Depuis l’ouverture du centre des visiteurs en 2016, nous avons accueilli plus de 8.000 personnes", précise Gal, la responsable des lieux.

Itay, qui est venu avec son père et son frère, est lui un connaisseur. "Le whisky est un alcool qu’il faut savoir apprécier. J’en bois lorsque je passe une soirée à la maison avec des amis par exemple", raconte le jeune homme. Il confie toutefois qu’à part l’arak (un anis très apprécié en Israël, et produit localement), dans l’Etat hébreu, le marché des alcools forts est pour le moment très réduit.

 

 

Ran Biran Il est également possible de visiter la première fabrique de whisky de l'Etat hébreu, Milk & Honey
Ran Biran

 

Ce n’est peut-être plus le cas pour longtemps… En s’appuyant sur des exemples concrets, qui ont totalement transformé le marché local par le passé, Gal explique aux visiteurs pourquoi la situation va changer: "A la fin des années 80, les Israéliens ont vu fleurir de nombreuses caves à vin artisanales. Dans les années 2000, ça a été au tour des micro-brasseries". En 2018, l’heure de gloire est désormais venue… pour le whisky !

Un caractère bien trempé

"Le marché est en pleine expansion", précise le PDG de Milk & Honey. "Les gens sont à la recherche de produits qui changent de l’ordinaire, qui ont quelque chose de spécial, racontent une histoire", indique Eitan Attir à i24NEWS.

Au sein de la distillerie, qui produit également d’autres alcools, l’accent a donc été mis sur le caractère israélien des produits.

Dans son gin Levantine, l’équipe de Milk & Honey a rajouté des épices locales, qu’elle est directement allée chercher auprès des petits commerçants du marché Levinsky, situé dans le sud de Tel Aviv.

Ces notes de cannelle, de poivre noir, de coriandre, semblent avoir conquis le cœur des amateurs, au delà des frontières de l’Etat hébreu. En 2018, le gin fabriqué par la distillerie Milk & Honey a obtenu une médaille d’argent lors de la London Spirits Competition, un concours récompensant les meilleurs spiritueux du monde selon leur finesse, leur rapport qualité-prix et leur packaging.

 

Ran Biran Les locaux de la première distillerie israélienne de whisky, Milk & Honey
Ran Biran

 

"On est fiers de ce que l’on fait, et de ce que l’on est", confie le PDG de la distillerie qui, pour les 70 ans de l’Etat hébreu, a souhaité marquer le coup en faisant appel à sept personnalités israéliennes - des artistes, des chefs ou encore une athlète paralympique - pour créer une liqueur d’exception, en l’honneur de l’événement.

Présenté dans une bouteille aux couleurs bleue et blanche, cet alcool a symboliquement été appelé "Roots", en français "Racines". Un produit qui selon la distillerie a "l’essence de l’authenticité", auxquels s'ajoutent "l’arôme, la saveur de l’existence d’Israël". Et comme tous les produits Milk & Honey, il dispose d’un certificat de cacheroute. Alors, le’haïm !

 

Il est possible de visiter les locaux de Milk & Honey, première distillerie israélienne de whisky, les mardis, jeudis et vendredis, sur réservation.

Laura Jeanneau est journaliste pour le site d’i24NEWS en français

 

Wonder Woman : la visite surprise de Gal Gadot dans un hôpital
Par La Rédaction — 9 juil. 2018 à 12:10
 

Gal Gadot a fait la surprise de rendre visite, en costume de "Wonder Woman", à des enfants dans un hôpital de Virginie, près de Washington.

2017 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND RATPAC-DUNE ENTERTAINMENT LLC / Clay Enos / TM & (c) DC Comics

Est-elle Wonder Woman sur les plateaux de tournage, mais aussi dans la vraie vie ? La comédienne Gal Gadot a réalisé un joli geste ce week-end en rendant visite à des enfants d'un hôpital de Viriginie, dans le Nord Est de Etats-Unis, à Annandale.

Alors qu'elle tourne actuellement la suite de Wonder Woman, sous la direction de Patty Jenkins, elle a revêtu son costume pour apporter un peu de joie à des enfants et au personnel de l'hôpital, qui s'est réjoui de partager quelques photos touchantes sur les réseaux sociaux : "Vous êtes une vraie Wonder Woman. Les enfants ont adoré... tout comme l'équipe".

 

 
 

 

 

 
 

 

Rappelons que Wonder Woman 1984 pourrait donner de ses nouvelles au Comic-Con de San Diego qui se tiendra entre le 19 et le 22 juillet. Gal Gadot et Patty Jenkins pourraient faire une pause dans la tournage de Wonder Woman 1984 pour venir présenter les premières images du film attendu dans nos salles le 30 octobre 2019. 

 



Ajouté le 16/07/2018 par ambassade israel - 0 réaction - Société

Rencontre Netanyahu - Poutine

  •  
  •  
  • icon_zoom.png
    PM Netanyahu with Russian President Vladimir Putin in Moscow PM Netanyahu with Russian President Vladimir Putin in Moscow copyright: GPO/Kobi Gideon
     
     
     
    Rencontre du Premier ministre Netanyahu avec le Président russe Vladimir Poutine
     
    Nous mettons l'accent sur la Syrie et l'Iran. Il y a quelques heures, un drone syrien a pénétré dans l'espace aérien d'Israël. Nous l'avons abattu et nous continuerons de prendre des mesures fermes contre tous tirs et toute infiltration dans notre espace aérien ou notre territoire.
     
     
    (Communiqué par le Conseiller Media du Premier ministre)
     
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le Président russe Vladimir Poutine le mercredi 11 juillet 2018, au Kremlin à Moscou, et a fait les remarques suivantes en ouverture de la réunion :
     
    "Je voudrais vous féliciter pour la Coupe du Monde que la Russie organise avec beaucoup de succès. Le monde entier regarde avec beaucoup d'intérêt, y compris nous en Israël, et je dois dire que moi aussi. Alors merci pour l'invitation à assister au match de ce soir.
     
    Bien sûr, vous avez mentionné le défilé émouvant en l'honneur de la victoire sur les Nazis, qui était un grand évènement et qui a fait une forte impression en Israël et à travers le monde juif.
     
    Chaque visite comme celle-ci est l'occasion pour nous de travailler ensemble pour essayer de stabiliser la situation dans notre région, d'accroître la sécurité ainsi que la stabilité.
     
    Il est clair que nous mettons l'accent sur la Syrie et l'Iran. Notre point de vue selon lequel l'Iran doit quitter la Syrie est bien connu. Ce n'est pas nouveau pour vous.
     
    Il y a quelques heures, un drone syrien a pénétré dans l'espace aérien d'Israël. Nous l'avons abattu et nous continuerons à prendre des mesures fermes contre tous tirs et toute infiltration dans l'espace aérien ou le territoire d'Israël. Nous attendons que tout le monde respecte cette souveraineté et que la Syrie se conforme strictement à l'Accord de Séparation des Forces de 1974.
     
    La coopération entre nous est un élément central dans la prévention d'une conflagration et d’une détérioration de ces situations ainsi que d'autres ; par conséquent, je voudrais vous remercier de m'avoir donné l'occasion de discuter de ces questions et, bien sûr, de toutes les autres questions. Vraiment, merci."
     
     
    Remarques du Premier ministre Netanyahu en ouverture de la réunion hebdomadaire du Cabinet
     
    icon_zoom.png
    Prime Minister Benjamin Netanyahu Prime Minister Benjamin Netanyahu copyright: GPO/Amos Ben Gershom
     
     
     
    Nous ne tolérerons pas l'établissement d'une présence militaire de l'Iran et de ses mandataires où que ce soit en Syrie, et nous exigerons que la Syrie et l'armée syrienne, respectent strictement l'accord de séparation des forces de 1974.
     
    (Communiqué par le Conseiller Media du Premier ministre)
     
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait les remarques suivantes, le dimanche 8 juillet 2018, en ouverture de la réunion hebdomadaire du Cabinet :
     
    "Cette semaine, je me rendrai à Moscou pour une réunion importante avec le Président russe Vladimir Poutine. Nous nous voyons de temps à autre pour assurer la coordination de la sécurité et, bien sûr, pour discuter des développements régionaux.
     
    Lors de la réunion, je vais rappeler deux principes fondamentaux de la politique israélienne : premièrement, nous ne tolérerons pas l'établissement d'une présence militaire de l'Iran et de ses mandataires n'importe où que ce soit en Syrie – ni près de la frontière, ni loin de celle-ci. Deuxièmement, nous exigerons que la Syrie et l'armée syrienne, respectent strictement l'accord de séparation des forces de 1974.
     
    Il va de soi que je suis en contact régulier avec l'administration américaine. Ces liens avec les deux grandes puissances sont très importants pour la sécurité d'Israël en tout temps et surtout à l'heure actuelle.
     
    En ce qui concerne la loi polonaise, l'objectif des contacts avec le gouvernement polonais était d'abroger les clauses pénales de la loi polonaise qui jettent un voile de peur sur la recherche et le libre discours concernant la Shoah. Cet objectif a été atteint. Je remercie l'équipe de Joseph Ciechanover et Jacob Nagel d’être parvenue à supprimer les clauses criminelles de la loi polonaise.
     
    La déclaration qui a été publiée suite à la modification de la loi a été supervisée par un historien en chef.
     
    Cependant, divers commentaires ont été faits après sa publication. J'ai écouté attentivement les commentaires des historiens, y compris sur plusieurs points qui ne figuraient pas dans la déclaration. Je respecte cela et je vais l'exprimer.
     
    Nous marquons le 78ème anniversaire du décès de Zeev Jabotinsky. Je pense qu'avec la perspective historique, il est possible de comprendre l'ampleur de sa contribution à l'entreprise sioniste. Tout d'abord, avant toute chose, il y a eu la mise en place d'une force de combat juive après des générations durant lesquelles nous n'avions pas la force de manier l'épée et de nous défendre. Son grand travail d'établissement des brigades de combat dans l'armée britannique pendant la Première Guerre mondiale, en effet, a établi les bases importantes pour la mise en place des forces de défense d’Israël.
     
    Tout cela a commencé avec les efforts de Jabotinsky et de Trumpledor auprès des autorités britanniques durant la Première Guerre mondiale et, bien sûr, en coopération avec le légendaire commandant de ces forces, le colonel John Henry Patterson, que ma famille connaissait bien. Aujourd'hui nous allons recevoir de nouveaux écrits de Jabotinsky ; je serais heureux si vous pouviez les afficher."


Ajouté le 16/07/2018 par ambassade israel - 0 réaction - Actualités

FIGAROVOX/CHRONIQUE - Gilles-William Goldnadel revient sur la victoire de l'Equipe de France et met en garde contre son instrumentalisation à des fins idéologiques.

 


Gilles-William Goldnadel est avocat et essayiste. Il est président de l'association France-Israël. Toutes les semaines, il décrypte l'actualité pour FigaroVox. Son prochain livre, Névrose médiatique sur canapé - Le monde est devenu une foule déchaînée, est à paraître chez Plon le 11 octobre 2018.


Quelques réflexions en périphérie de la Coupe du monde de football émanant de quelqu'un qui ne connaît pas grand-chose au football mais qui ne s'en vante pas.

 

Tout d'abord, c'est que ce lundi 16 juillet 2018, il était difficile sinon impossible d'aborder un autre sujet d'actualité qui puisse passionner. Un événement médiatique chasse l'autre de plus en plus rapidement pour cause de déferlement massif d'informations. La nouvelle émotionnelle prime tout et durant quinze jours l'émotion collective des foules médiatiques avait son siège à Moscou. Le reste était littéralement congelé pendant ce mois de juillet, quelle que soit l'importance des sujets.

La FIFA a pris la décision de ne plus faire de gros plans sur les femmes «sexy». Résultat, lors de la finale, on a très peu vu les spectateurs, hormis les personnalités importantes. Il faudra que la FIFA me donne la définition d'une femme sexy. Dans ce cadre austère j'exige, pour éviter tout reproche de discrimination sexiste, de ne pas faire de gros plans sur les 22 joueurs musculeux de sexe masculin dont certains ont la réputation non usurpée d'inspirer le désir des deux sexes. Au-delà de la volonté de sacrifier à l'idéologie néoféministe et puritaine à la mode depuis que l'on balance les porcins, tout porte à croire que la fédération internationale toute-puissante prépare les esprits et les yeux à la prochaine Coupe du monde au Qatar. Compte tenu de la manière dont ce pays a obtenu le droit d'organiser l'événement, on aurait préféré voir la FIFA faire montre de rigueur financière plutôt que de rigorisme sexuel.

La sympathie et l'humilité qui caractérise l'équipe de France gagnante expliquent grandement, au-delà de ses succès et aujourd'hui de son triomphe, la ferveur populaire qu'elle inspire. D'une certaine manière, l'équipe précédente aura servi d'antimodèle. Adieu l'ancien monde des Ribéry, des Anelka et des Benzema. Bienvenue au nouveau monde des Griezmann , des Mbappé et des Kanté, enfantés par Didier Deschamps.

Finies la grève des matchs façon CGT, les menaces dans les vestiaires ou les théories fumeuses antiracistes à la Cantona.

Finies la grève des matchs façon CGT, les menaces dans les vestiaires ou les théories fumeuses antiracistes à la Cantona. Ils connaissent la Marseillaise par cœur et la chantent avec allégresse, ils disent leur fierté d'être français. Difficile de ne pas constater que les critiques qui ont été faites de leurs peu glorieux prédécesseurs ont porté leurs fruits et que ceux-ci sont beaux.

Reste le plus délicat. La question qui fâche. En 1998, je participais, à la demande d'Alain Griotteray, à la publication d'un ouvrage collectif (Une idée certaine de la France, éditions France-Empire).

Un chapitre était confié à la rédaction d'un auteur (dont Chantal Delsol, Didier Gallo, Jean-Jacques Rosa, Georges Fenech, Alexandre Del Valle, Éric Zemmour et mon cher et regretté Christian Jelen). J'écrivis ma partition peu après la victoire du 11 tricolore. Qu'on m'autorise à me citer:

«Paris, dimanche 26 juillet: 15 jours, je le confesse, il m'a bien fallu 15 jours pour digérer tout ça. La France qui gagne, la ligne Maginot de la défense qui tient. Les Français qui descendent dans la rue, qui s'aiment, toutes races, toutes classes confondues. Les Français n'ont plus honte de se draper dans leur drapeau et de chanter leurs chansons. Grâce à tous, avouons-le gaiement, aux blancs, aux beurs, aux blacks, ivres de joie et de fierté et jusqu'à Le Pen qui les engueulait hier encore de ne pas chanter la Marseillaise! On aurait vraiment tort de bouder l'occasion exceptionnelle, prétexte futile à toutes les intégrations profondes.»

Mais aussi, quelle erreur d'appréciation: «Le triomphe de la France multiraciale…».

Je supplie cette fois, leçon du passé méditée, que l'on ne recommence pas la même funeste erreur. La victoire de cette équipe-la, c'est la victoire du patriotisme et de l'intégration réussie.

La victoire de cette équipe n'est pas la victoire de la France multiculturelle mais d'une France multicolore et patriote.

J'ai rencontré il y a quelques jours, lors d'une émission à RMC, Sylvain Porthault, le responsable du club amateur de Suresnes qui a formé le jeune Kanté , cet homme modeste et inspiré est l'image même du nouveau hussard de la république.

La victoire de cette équipe n'est pas la victoire de la France multiculturelle mais d'une France multicolore et patriote. Ce qui change tout. Une majorité de Français a compris que l'immigration ratée pour cause idéologique n'était certainement pas une chance pour la France. Ils ont malheureusement payé le prix du sang pour le comprendre. Et ils ne veulent pas qu'elle se poursuive contre leur loi et leur volonté. Mais ils ont compris aussi que beaucoup d'enfants de cette immigration constituaient un apport et une richesse. Les deux compréhensions ne sont pas antinomiques, elles sont au contraire complémentaires. Il semblerait que cette fois-ci, la sottise de l'exaltation de la différence et de l'altérité ait été évitée, mais il est trop tôt pour crier, ici aussi, victoire.

Déjà, les obsédés de l'origine non occidentale ont sorti les trompettes: c'est ainsi que Yassine Bellatar, chouchou d'un président qui moque le mâle blanc et proche du CCIF, a trouvé le moyen de gazouiller ainsi: «Merci à Valéry Giscard d'Estaing d'avoir permis le regroupement familial et permis la naissance de trois quarts de cette équipe.».

Le malheureux comptable en est à se livrer à des statistiques ethniques.

Exactement ce qu'il ne fallait pas faire. L'anti-modèle par excellence.



Ajouté le 16/07/2018 par william goldnadel - 0 réaction - Actualités

 


 

« Le rire, c’est le clou de la conscience ! »
/ Dario Fo acteur et dramaturge italien /

 

Comédiens : Paula Brunet-Sancho, Brigitte Guedj, Jando Graziani
Thèmes des chansons : Benoit Urbain

L'humour décapant, jubilatoire de Hanoch Levin continue de travailler presque vingt ans après sa mort la conscience, non seulement des citoyens de son pays, Israël, mais aussi la nôtre car son humour est universel et intemporel. En effet, les thèmes abordés jusqu’à l’absurde à travers le quotidien des personnages comme le pouvoir, l’autorité, l’éducation, les traditions familiales, concernent l’Homme et la Femme avec un grand H et un grand F. Comment ne pas nous reconnaître dans le miroir, terrible et drôle, que nous tend cet auteur à la voix si puissante et si humaine ?

Nous transformerons un mari en une épouse, un ministre en une ministre, un père en une mère... Nous, nous régalerons à lire des monologues, scènes à deux, à trois et à chanter a capella quelques unes des nombreuses chansons écrites spécialement pour ces Cabarets.

Billetterie

 

Dans&motion  Envoyer


A partir du jeudi 25 janvier 2018

Un atelier de danse hebdomadaire entre spiritualité et Biodanza !
Venez découvrir la dans&motion, une pratique d'expression corporelle en groupe et en musique qui vise à développer notre connexion à nous-même et aux autres, et notre joie de vivre.
Sarah vous propose un nouveau regard sur les valeurs juives et les fêtes en les incarnant dans le corps et dans le mouvement.
C'est une pratique à la fois énergisante et relaxante de développement personnel et spirituel.
Premier cours 25 janvier à 19h30 pour une séance découverte !
Venez nombreux, en famille ou avec des amis, la salle est grande !
Aucun pré requis en danse !

Horaire et lieu :
•    Le jeudi à 19h30 à l’ECUJE (jusqu’à 21h)
•    Prochaines dates : jeudis 25 janvier, 1er février, 8 février, 15 février

A qui cela s’adresse ? :
•    Toutes personnes désireuses de développer leur expression corporelle dans un environnement bienveillant.
L’intervenant : Sarah Berdugo
Ancienne startupeuse dans l'innovation alimentaire, diplômée du CELSA et ESCP, je me suis formée à différentes thérapies cognitives et corporelles en France et à l'étranger. Après avoir étudié à Pardes l'an dernier, j'ai commencé une nouvelle carrière de coach en développement humain, enseignante en leadership & communication, par l'expression corporelle.  

Tarif :     1ere fois ? séance découverte
Par séance : 15 € tarif normal / 10 € tarif réduit
4 séances : 60 € / 40 €
10 séances : 150 € / 100 €
 

Regards sur le cinéma israélien - Marseille- 13 au 26 juin 2018
>

Le festival Regard sur le cinéma israélien propose un large panel des films et documentaires israéliens. C’est résolument vers le présent et l’avenir de la création cinématographique de ce pays que le festival Regards reste tourné.
>  
> Neta Riskin est l'invitée d’honneur du festival.
>  
>  Les Films
>  
> Le dossier Mona Lina, d'Eran Riklis
> Le kibboutz idéal, de Denis Khalifa
> Les destinées d’Asher, de Matan Yair
> The Cakemaker, de Ofir Raul Graizer
> Testament, de Amichaï Greenberg
> Kidon, de Emmanuel Naccache
> Vierges, avec Keren Ben Rafael
>  
> Information, réservation, programmation, lieux : https://www.facebook.com/regards.sur.le.cinema.israelien

 

 

Le musée de la Chasse et de la Nature participe à la Saison France-Israël 2018, en présentant les oeuvres de deux artistes israéliens.

Falling bird de l’artiste Ori Gersht s’inspire de la nature morte du peintre du XVIIIe siècle Jean Siméon Chardin, intitulée Un canard col-vert attaché à la muraille et une bigarade (collection du musée). Le film révèle un canard suspendu, fendant soudainement une surface noire miroitante, qui s’effondre dans son propre reflet. L’impact de l’oiseau qui pénètre la surface liquide ainsi que le déclenchement d’une formidable réaction en chaîne, évoque l’idée d’un désastre écologique. Ori Gersht explore les relations entre la photographie et la technologie.

Blackfield de Zadock Ben-David est une installation composée de centaines de fleurs de métal découpées et plantées dans une fine couche de sable. Provenant d’encyclopédies victoriennes du XIXe siècle, ces plantes composent une sorte d’immense toile de Jouy ou de Liberty en trois dimensions. Le travail de l’artiste joue avec la perception et la perspective, tandis qu’avers et revers de l’oeuvre questionnent la vie et la mort.


>  

   Envoyer


Ajouté le 18/06/2018 par AMBASSADE ISRAEL - 0 réaction - Agenda

1 2 3 4   Page suivante